Conférence internationale « Octobre – 100 » à Léningrad et déclaration des partis communistes et ouvriers

Du 10 au 13 août 2017 s’est tenue à Leningrad une conférence internationale sur le thème « Du rôle et de l’importance de la Révolution d’Octobre et de l’expérience de la construction du socialisme en Union soviétique pour le mouvement communiste et ouvrier moderne ».

Cette conférence a été organisée par le Parti Communiste Ouvrier de Russie (PCOR-PCUS), qui a invité les partis révolutionnaires marxistes-léninistes, qui s’inscrivent dans le cadre de la lutte des classes, défendent la nécessité d’un processus révolutionnaire instaurant la dictature du prolétariat, et considèrent comme indispensable de combattre les tendances opportunistes à l’œuvre dans le mouvement communiste et ouvrier. Les délégations de 30 partis communistes et ouvriers ont participé à la conférence, dont le Parti Communiste Révolutionnaire de France ; le camarade représentant le PCRF a lu l’intervention ci-dessous (cliquez sur la vignette).

Ce rassemblement a eu lieu au moment du centenaire du Sixième Congrès du Parti bolchevik, le POSDR (b), qui avait pris en août 1917 la décision de réaliser la révolution socialiste par la préparation d’un soulèvement armé.

La conférence a été ouverte par le Premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste Ouvrier de Russie, V. Tyulkin qui a déclaré : « Avec toutes les forces progressistes du monde, nous célébrons le 100e anniversaire de la Révolution d’Octobre et nous vous invitons dans la patrie de la Révolution. (...) Lénine disait que la meilleure façon de célébrer un jubilé consiste à se concentrer sur la résolution des problèmes non résolus. En se fondant sur ce conseil léniniste, et en réponse aux questions des camarades étrangers : « Comment allons-nous célébrer et que faire en Russie ? » - nous avons décidé que la meilleure approche, ce n’est pas d’énumérer les réalisations d’Octobre, ou plutôt de ne pas s’attarder sur cela, mais plutôt, d’analyser le chemin passé, pour comprendre les erreurs qui ont été faites  ».

Tous les rapports ont été entendus lors de la conférence, après quoi les représentants des délégations participantes ont échangé leurs points de vue et leurs commentaires sur les rapports présentés et sur les problèmes réels du mouvement communiste et ouvrier.

La conférence s’est achevée sur le chant l’Internationale, puis sur la distribution, auprès des délégations étrangères, de médailles commémoratives du Comité central du PCUS, intitulées « 100 ans de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre ».

Quelques jours après cette conférence, la déclaration ci-dessous a été adoptée par 40 partis communistes et ouvriers, dont la liste suit :

Déclaration de la conférence internationale des partis communistes et ouvriers

100 ans de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre. Des leçons et des tâches pour les communistes d’aujourd’hui

Notre avenir n’est pas le capitalisme mais le monde nouveau de la victoire de la Révolution Socialiste et de la construction du socialisme !

Nous, participants à la conférence internationale, réunis à Leningrad pour le centenaire du VIe Congres du POSDR(b) qui a statué sur la préparation de l’insurrection armée et de la Révolution Socialiste, présentons cette déclaration comme la position commune des partis s’appuyant sur le marxisme-léninisme qui enseigne que la révolution socialiste est une loi objective conditionnée par les contradictions inhérentes au capitalisme.
Le Grand Octobre de 1917 a confirmé la justesse de la théorie marxiste-léniniste sur le caractère inévitable de la révolution socialiste en tant que maillon indispensable de la victoire du prolétariat dans la lutte des classes contre la bourgeoisie et de la construction du socialisme-communisme, une société du libre développement de tous ces membres. Les tentatives de s’extirper du monde du capital par la voie réformiste mènent à la consolidation des inégalités sociales et de l’exploitation.
Le Grand Octobre de 1917 a confirmé la justesse de la thèse léniniste sur la possibilité de la victoire dans les conditions de l’impérialisme de la révolution socialiste dans plusieurs ou un seul pays. Contrairement à toutes les révolutions précédentes, qui menaient au remplacement d’une formation basée sur l’exploitation par une autre, la révolution socialiste commence par la conquête du pouvoir politique par le prolétariat et par l’instauration de la dictature du prolétariat dans la lutte pour la construction du socialisme et du communisme total et entier en réprimant l’opposition des classes exploiteuses renversées et des éléments contrerévolutionnaires et en se protégeant contre l’agression impérialiste.
La Commune de Paris a été la voie pionnière. Le Communisme, dont parlaient Marx et Engels au XIXe siècle, est passé de la fiction à la réalité en débutant par la Révolution Socialiste d’Octobre en Russie. Le socialisme dans un seul pays s’est transformé, dans la seconde moitié du XXe siècle, en un système mondial du socialisme et l’URSS est devenue la deuxième puissance mondiale. Dans la lutte permanente contre l’ennemi extérieur et intérieur, dans le combat contre le fascisme, contre le monde de l’oppression et de l’obscurantisme, un monde nouveau se créait, sans exploitation et parasitisme, avec une société libre et juste. Pendant les 70 ans de son existence, l’URSS était le flambeau qui a éclairé la voie pour les peuples opprimés et soulevé le prolétariat dans la lutte pour son émancipation.
La Grande Révolution d’Octobre a posé les bases de la crise du système colonial du capitalisme qui s’est développé après la victoire de l’Union Soviétique dans la Seconde Guerre mondiale, ce qui a conduit à l’effondrement de l’ensemble de ce système.
Nous exprimons notre solidarité avec la lutte des peuples pour leur indépendance et leur souveraineté dans la confrontation avec la politique impérialiste agressive, car elle est toujours liée pour les communistes à la lutte de la classe ouvrière contre le pouvoir du capital à la fois dans le monde et dans son propre pays.
La théorie du communisme scientifique et l’expérience de la construction du socialisme au XXe siècle ont montré que le pouvoir qui s’est consolidé au terme de la victoire de la révolution socialiste ne peut être autre chose que la dictature du prolétariat, c’est à dire le pouvoir que la classe ouvrière ne partage avec aucune autre classe. C’est ce pouvoir là qu’il faut soutenir car c’est le seul qui exprime les intérêts du prolétariat.
La Grande Révolution d’Octobre a installé le pouvoir des Soviets dans le pays comme la seule forme de pouvoir de la classe ouvrière. Le lendemain de l’insurrection du 7 novembre 1917 et du renversement du gouvernement bourgeois provisoire, le Deuxième Congrès des députés ouvriers, paysans et soldats a proclamé le pouvoir des Soviets dont la dictature du prolétariat était l’essence. Les Soviets sont apparus dans la Russie tsariste comme les organes de lutte des ouvriers. Cette lutte était d’abord économique puis politique pour la conquête du pouvoir par les ouvriers. Après la Revolution, les Soviets sont devenus les organes de la dictature du prolétariat.
La troisième révolution russe qu’est la Révolution d’Octobre 1917, était une révolution socialiste de par son contenu socio-économique et politique, tranchant un grand nombre de questions démocratiques qui se posaient au pouvoir soviétique et qui étaient héritées du gouvernement bourgeois et même du pouvoir réactionnaire du tsar. Mais dès les premiers jours, la Révolution d’Octobre s’est chargée de régler les problèmes que ni l’autocratie ni la démocratie bourgeoise n’ont pu ou n’ont pas voulu régler. Les premiers décrets du pouvoir soviétique portaient sur la paix, la terre, la création du gouvernement ouvrier et paysan, les pleins pouvoirs des soviets, l’abolition des corporations et des fonctions étatiques, la nationalisation des banques, des chemins de fer, des voies de communication, des entreprises, des usines, etc.
Le 15 novembre 1917 a été adoptée la Déclaration des Droits des Peuples de Russie qui proclamait :
- l’égalité et la souveraineté des peuples de Russie
- le droit des peuples de Russie à disposer d’eux-mêmes, y compris par la sécession et la création d’une entité étatique indépendante
- l’abolition des tous les privilèges nationaux ou religieux
- le libre développement des minorités nationales et ethniques vivant sur le territoire de la Russie
Ainsi, dès ses premiers pas le pouvoir soviétique réalisait le contenu socialiste des mots d’ordre avec lesquels les bolcheviks soulevaient le peuple pour la Révolution : « Paix aux peuples ! », « Tout le pouvoir aux Soviets ! », « La terre aux paysans ! », « Les usines aux ouvriers ! », « La journée de 8 heures pour tous ! ». Au sens politique, du point de vue de la forme de la conquête, de la construction du pouvoir et de sa consolidation par des mesures urgentes, la Révolution socialiste d’Octobre se caractérisait comme soviétique.
La portée historique et mondiale de la forme de dictature du prolétariat créée par la classe ouvrière de Russie consiste en ce que les Soviets s’appuient, dans leur formation et leur travail, sur la réalité objective qu’est l’organisation des travailleurs dans le processus de la production sociale, et ainsi, assurent l’essence de la dictature du prolétariat. Les soviets, dont les députés étaient élus dans des collectifs de travail, assuraient le caractère prolétarien du pouvoir et son contrôle par les masses laborieuses.
Les soviets ont toujours et partout lié le principal contenu de leur activité aux mesures pratiques. La Commune de Paris le faisait déjà dans sa volonté de faire des travailleurs les maitres de la société. L’expérience de la Commune de Paris a montré, et l’expérience de l’URSS a confirmé, le rôle primordial joué par le parti révolutionnaire d’avant-garde en tant que locomotive de la construction d’une société nouvelle. La théorie léniniste du parti garde toute sa pertinence et la pratique historique confirme qu’il ne peut y avoir de mouvement révolutionnaire sans un parti révolutionnaire. Ce parti était le Parti Bolchevik, le parti de Lénine et de Staline. Sous sa direction en URSS ont été réglés les problèmes très importants qu’un pays capitaliste, par essence, ne pouvait régler. Cela a été confirmé par l’expérience des partis frères des pays du bloc socialiste. Plus précisément, le chômage a été éradiqué, l’éducation, l’enseignement, la médecine, l’accès à la science, à la culture, au sport ont été gratuits. En URSS, le logement et le transport étaient pratiquement gratuits également. Dans aucun des pays capitalistes la sécurité des personnes n’a été aussi bien assurée qu’en URSS. Dans ce pays, l’âge de départ à la retraite était le plus bas au monde.
L’expérience de l’URSS a aussi confirmé la justesse de l’exigence du programme du parti marxisteléniniste formulée par Marx et Engels dans le Manifeste du Parti Communiste sur la socialisation des principaux moyens de productions comme l’une des lois les plus importantes de la révolution socialiste. L’expérience de la Grande Révolution Socialiste d’Octobre a montré dans les faits qu’après la conquête du pouvoir étatique par la classe ouvrière se posait la question de l’expropriation des exploiteurs dans toute l’économie du pays, ce qui est nécessaire pour liquider la domination économique de la bourgeoisie et assurer une base économique à la dictature du prolétariat. Sans la propriété collective des moyens de production, la classe ouvrière ne pourrait garder le pouvoir politique et mener les changements socialistes. La base économique de la réalisation, de la consolidation et du développement du pouvoir soviétique durant la période de la dictature du prolétariat est constituée par la socialisation des moyens de production et la production planifiée destinée à satisfaire le développement de tous les membres de la société.
Le but de la production socialiste n’est pas la plus-value mais le bienêtre et le développement des tous les membres de société. La renonciation à cet objectif, l’introduction des lois du marché mènent à la destruction du socialisme car l’économie basée sur l’échange marchand ne peut par principe être la base économique du pouvoir prolétarien. Le marché c’est le capitalisme et la base pour la dictature de la bourgeoisie.
La théorie marxiste-léniniste ne dicte pas de recettes détaillées ni de modèles idéaux de la société future. Marx et Engels disaient que le communisme n’est pas un état de choses qui doit être instauré, n’est pas un idéal auquel la réalité doit se conformer, mais le mouvement réel qui détruit l’état de choses actuel qui est injuste et qui freine le développement de la société.

La nécessité pour le prolétariat d’avoir son Etat est déterminée par la nécessité de réprimer ce qui est en contradiction avec les intérêts de la classe ouvrière car cette dernière traduit les intérêts de toutes les couches laborieuses. Tant que les classes existent, l’Etat est l’organisation et l’instrument de la dictature de la classe dominante. Par conséquent, la nécessité de l’Etat de dictature du prolétariat disparait seulement avec la réalisation des objectifs finaux des communistes : disparition des classes sociales, effacement de la différence entre la ville et la campagne, entre le travail physique et intellectuel, construction du communisme total, disparition de la menace d’agression capitaliste de l’extérieur et de l’intérieur.
Le pourrissement idéologique et politique de l’appareil d’Etat et du Parti, la révision du marxisme-léninisme réalisée lors des XXe et XXIIe Congrès du PCUS et qui a atteint son apogée lors de la perestroika gorbatchevienne, le rejet des principes fondamentaux de la construction du communisme en théorie et en pratique, le carriérisme et la bureaucratie, ont mené à la contre-révolution et à la restauration du capitalisme. Avec le soutien de l’impérialisme international, la destruction du socialisme en URSS a pu avoir lieu et un groupe d’Etats bourgeois s’est formé à sa place. Après l’éclatement de l’URSS, la réaction impérialiste a pris les devants dans le monde entier. Le système socialiste mondial a été détruit. Le nombre des Etats socialistes s’est considérablement réduit. Dans de nombreux pays, une vague d’anticommunisme et d’antisoviétisme a provoqué des répressions contre les partis communistes et les communistes, et cela continue aujourd’hui. Les Etats-Unis et l’Union européenne se trouvent au premier rang de cette réaction et quasiment tous les Etats bourgeois y participent.
Dans ces conditions, les communistes déclarent ouvertement : l’anticommunisme et l’antisoviétisme ne passeront pas ! Les contrerévolutions des trente dernières années ne changent pas le caractère de notre temps, le temps du passage du capitalisme au communisme ! La Révolution ne peut s’arrêter ! Après la contre-révolution, il y aura forcément la Révolution ! Et les communistes sont forcément des révolutionnaires !
Ces dernières années, la tendance manifeste aux changements dans les relations entre les pays capitalistes, sous l’influence de la loi du développement inégal du capitalisme, devient de plus en plus évidente. Les Etats-Unis restent la première puissance économique et militaire mais leur part dans le PIB mondial se réduit et l’Union européenne joue aussi un rôle important dans les processus de globalisation. D’autres puissances dominées par les rapports de production capitalistes entrent en jeu, comme les Etats des BRICS par exemple. Les contradictions inter-impérialistes qui ont toujours mené aux conflits locaux, régionaux et surtout aux deux guerres mondiales, continuent aujourd’hui à générer des conflits violents et des confrontations sanguinaires (économiques, politiques et militaires) pour le contrôle des matières premières, des sources énergétiques, des voies de transport, des parts de marché. Dans cette lutte, les EtatsUnis et l’OTAN sont généralement aux avant-postes, ainsi que d’autres pays impérialistes comme, par exemple, Israël ou les pays du Golfe.
A côté de ça, l’offensive a lieu dans le monde entier contre les acquis sociaux des travailleurs. L’arme idéologique principale de la réaction est la théorie néo-libérale et socialdémocrate du partenariat social, de la collaboration des classes, de la paix civile et des obstacles à la révolution. Cet arsenal est complété par le révisionnisme et l’opportunisme, qui sont une arme de l’impérialisme.
Dans le même temps, sur la base de la production basée sur la propriété privée, l’humanité ne peut se développer conformément aux intérêts de la classe ouvrière et des couches populaires. La vie et le développement de l’Homme ne peuvent être limités par la propriété privée ou la volonté des uns d’être maitres pour que les autres soient leurs serfs. Le mouvement communiste international est obligé de redoubler d’efforts pour la lutte des classes, pour les intérêts de la classe ouvrière. Aux mots d’ordre bourgeois sur la « globalisation mondiale » ou sur le nationalisme d’Etat, les communistes répondent : seule la lutte contre l’impérialisme dans la perspective de la construction du socialisme et du communisme total et entier, seule la voie amorcée par la Grande Révolution d’Octobre est la route souveraine de l’humanité vers la liberté réelle et l’égalité au sens de la disparition de toute possibilité d’exploitation, de la liquidation des classes, vers la fraternité et le bonheur de tous les peuples et la préservation de la vie sur Terre.
La réorganisation du mouvement communiste international, la sortie de la situation de crise et de capitulation, l’élaboration d’une stratégie commune basée sur le marxismeléninisme et l’internationalisme prolétarien, la reconnaissance du rôle et de l’apport de l’URSS, ainsi que la nécessité du renversement révolutionnaire du capitalisme et de la construction d’une société socialiste puis communiste, sont des objectifs exigés par la lutte contre l’offensive des monopoles et des gouvernements bourgeois, contre le capitalisme réactionnaire, le fascisme et l’impérialisme. Pour le mouvement communiste international, aujourd’hui, la lutte internationale contre les guerres impérialistes est primordiale. L’une des tâches les plus importantes est la lutte intransigeante contre le révisionnisme et l’opportunisme sous toutes leurs formes car c’est un danger énorme pour le mouvement communiste.
Les révolutions ne se renferment pas dans des limites, elles se réalisent non pas par la volonté des guides ou des partis mais traduisent les intérêts objectifs et la volonté implacable de la classe d’avant-garde, des exploités et des peuples opprimés de jouir des résultats de leur travail, de développer les forces productives, de créer des valeurs matérielles et morales pour tous.
Que les idées et l’œuvre du Grand Octobre persistent à travers les siècles ! Travailleurs, exploités, peuples opprimés, debout dans la lutte pour en finir avec le système capitaliste et l’exploitation, pour construire le socialisme et le communisme ! C’est là l’unique alternative et le futur inévitable pour toute l’humanité.
Vive la Grande Révolution Socialiste Soviétique ! Vive le Communisme dans le monde entier !
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous
 !

Partis signataires :

1. Parti des travailleurs d’Autriche
2. Parti Communiste d’Azerbaïdjan
3. Parti Communiste Biélorusse des Travailleurs - Section du PCUS
4. Parti communiste de Bulgarie
5. Parti des Communistes Bulgares
6. Front ouvrier de Donbass
7. Parti Communiste d’Estonie
8. Parti Communiste Ouvrier - pour la Paix et le Socialisme (Finlande)
9. Parti Communiste Révolutionnaire de France
10. Parti Communiste Allemand
11. Parti Communiste de Grèce
12. Parti Ouvrier Hongrois
13. Parti Communiste (Italie)
14. Parti communiste du Kazakhstan - Section du PCUS
15. Mouvement socialiste du Kazakhstan
16. Parti communiste du Kirghizistan
17. Parti Socialiste de Lettonie
18. Union des Communistes de Lettonie
19. Front Populaire Socialiste (Lituanie)
20. Organisation Ouvrier Communiste de la République Populaire de Lugansk
21. Parti Communiste du Mexique
22. Parti communiste de Moldavie - Section du PCUS
23. La Résistance populaire de Moldavie
24. Parti Communiste de Norvège
25. Parti Communiste de Pologne
26. Parti Communiste Ouvrier de Russie
27. Parti Ouvrier de Russie
28. Parti Communiste de l’Union Soviétique
29. Nouveau Parti Communiste de Yougoslavie
30. Parti Communiste des Peuples d’Espagne
31. Le Front de Libération Populaire du Sri Lanka
32. Parti Communiste de Suède
33. Parti Communiste Syrien
34. Parti Communiste de Tadjikistan
35. Parti Communiste de la République Moldave de Transnistrie
36. Parti Communiste de Turquie
37. Union des Communistes d’Ukraine
38. Parti des Communistes des États-Unis
39. Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
40. Nouveau Parti Communiste de Grande-Bretagne

  • [IPCOE] Octobre 17 : L’ère des révolutions socialistes !

    DÉCLARATION DE L’INITIATIVE COMMUNISTE EUROPÉENNE À l’occasion du centenaire de la Révolution d’Octobre Les partis communistes participant à l’Initiative des Partis Communistes et Ouvriers d’Europe saluent la classe ouvrière, tous les travailleurs d’Europe à l’occasion du centenaire du plus grand (...)
  • Référendum en Catalogne : la position du PCPE

    Ci-dessous l’analyse proposée en juin dernier par nos camarades de "Comunistas catalanes", du Parti Communiste des Peuples d’Espagne, au sujet du référendum organisé en Catalogne : Le Président de la Generalitat (Gouvernement autonome catalan, NDT) a concrétisé la date et la question du référendum sur (...)
  • Répression en Catalogne : Communiqué du PCPE

    Face à la vague répressive entamée par le Gouvernement espagnol en Catalogne, le Secrétariat Politique du PCPE a fait la déclaration suivante : La répression exercée par le Gouvernement espagnol contre les institutions catalanes est une agression sans précédent dans l’Histoire récente, qui va à (...)
  • Anticommunisme de l’UE : STOP !

    Les Partis communistes et ouvriers condamnent la parade anticommuniste organisée par la présidence estonienne de l’UE Nous, Partis communistes et ouvriers, condamnons la parade anticommuniste organisée par la présidence estonienne de l’UE, dans le cadre de la soi-disant « Journée européenne de (...)
  • États-Unis hors de Corée !

    Au cours de l’été, la tension internationale s’est accentuée autour de la prétendue question nucléaire nord-coréenne. Le Parti Communiste Révolutionnaire de France a pris position sur cette question à plusieurs reprises dans le passé, tant sur son site Internet que dans son journal Intervention (...)
  • Hommage à notre camarade Boualem Khalfa

    Ci-dessous la lettre d’hommage adressée par le PCRF au PADS, suite au décès de notre camarade Boualem KHALFA, militant communiste algérien, journaliste, poète. (Photo ci-contre : Boualem, jeune journaliste, reçu par Marcel Cachin à (...)
  • La RPDC face à 3 impérialismes...

    Les nouvelles menaces américaines à l’encontre de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) accentuent le danger de guerre. De par sa position géographique, la Corée populaire se trouve à la croisée des intérêts impérialistes. Trois impérialismes différents entourent le pays. Le plus agressif est (...)