Des luttes gagnantes de l’été 2018 !

Tour Eiffel

Cet été, la direction de la société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE) s’est heurtée à ses employés sur le sujet de la réorganisation de la vente des billets pour ce monument. La CGT et les travailleurs ont fustigé un projet qui mettait "les agents d’accueil à bout", le choix de la direction (réserver l’un des deux piliers d’entrée à l’accueil exclusif des visiteurs munis de tickets en réservation par créneau horaire) ayant engendré des files d’attente « souvent totalement déséquilibrées  » et « monstrueuses  » (jusqu’à trois heures pour des billets classiques et une heure pour les billets horodatés).
La lutte a été menée pour exiger l’emploi de davantage de personnels, pour faire face à l’afflux toujours plus important de visiteurs, ainsi que la réorganisation de la vente des billets. Le 1er août, face à la grève massive déclenchée par le blocage de cette direction, ce monument emblématique, visité par plus de 6 millions de personnes par an, a été fermé. L’intervention de la Ville de Paris, consciente de l’enjeu, a permis de faire aboutir les négociations, et le 2 août au soir, un accord était signé entre l’intersyndicale CGT-FO et la direction générale de la SETE. Cet accord va enfin permettre aux salariés de la Tour de mettre en œuvre le procédé d’accueil des visiteurs qu’ils défendent : offrir à tous les visiteurs l’accès aux deux piliers, avec une file prioritaire pour les billets achetés en prévente. Le vendredi 3 août au matin, la Tour Eiffel était réouverte au public.
Ici comme ailleurs, démonstration est faite que les mieux à même d’organiser le travail et de décider de tout, ce sont les travailleurs eux-mêmes, sans direction patronale !

Contrex-Vittel (Vosges)

Entre novembre 2017 et août 2018, les salariés de Contrex-Vittel, sous l’impulsion de la CGT, se sont organisés et mobilisés pour exiger des embauches, à raison d’une heure de grève par équipe et par poste, soit 3 jours perturbés chaque semaine. Le mouvement s’est poursuivi jusqu’au 14 août, date à laquelle la direction patronale a cédé ! Nestlé, propriétaire du groupe (première entreprise agro-alimentaire du monde, avec un chiffre d’affaires de 88,8 milliards en 2015...) s’est
engagé pour 24 embauches.

Cette victoire pour l’emploi nous conduit à rappeler les axes de lutte proposés par le Parti Révolutionnaire Communiste de France :
Plan national de lutte contre le chômage !
● Suppression des CDD par la généralisation des emplois en CDI.
● Revalorisation des revenus des travailleurs privés d’emploi (« chômeurs »).
● Nationalisation sans indemnisation et avec contrôle ouvrier des entreprises casseuses d’emploi
.

Rappelons aussi que les dividendes versés aux actionnaires des grandes entreprises, à l’échelle mondiale, ont atteint 497,4 milliards de dollars au deuxième trimestre 2018, soit une augmentation de 12,9 % en moyenne. Avec environ 44 milliards d’euros versés, soit une hausse de 23,6 %, la France arrive en deuxième position derrière les États-Unis, loin devant le Japon 3ème. Sans surprise, Nestlé est dans le groupe de tête des entreprises françaises qui versent le plus de dividendes et qui affichent des profits colossaux depuis des années, comme la BNP-Paribas, le groupe de luxe LVMH, AXA, ou encore Sanofi et Total.

Opposons une solidarité de classe à l’exploitation patronale !
Les luttes des travailleuses et travailleurs, même dans les petites entreprises, doivent être popularisées et soutenues à l’échelle nationale !
Leurs droits sont nos droits ; chaque emploi est le nôtre !
Solidarité de classe !

  • Ascoval : les travailleurs se battent pour leurs emplois...,

    ... pas pour décerner un satisfecit à quelque monopole que ce soit ! L’annonce du possible maintien de l’aciérie Ascoval, dans le Nord, est le résultat de la lutte déterminée menée par les travailleurs de la Métallurgie et de l’entreprise. Il est évident, compte tenu des informations entendues le 31 (...)
  • Des luttes gagnantes de l’été 2018 !

    Tour Eiffel Cet été, la direction de la société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE) s’est heurtée à ses employés sur le sujet de la réorganisation de la vente des billets pour ce monument. La CGT et les travailleurs ont fustigé un projet qui mettait "les agents d’accueil à bout", le choix de la (...)
  • Le PCRF et l’UJC en action !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’Union de la Jeunesse Communiste dans les luttes et l’action dans toute la France au printemps 2018 :
  • Halte à la privatisation de la SNCF !

    Ce n’est un secret pour personne, depuis des décennies, le pouvoir en place, en bon exécuteur des directives du Capital, n’a qu’une seule politique : satisfaire l’appétit de profits de la bourgeoisie, des monopoles, sous la houlette de quelques-uns : l’oligarchie financière. Macron, comme tous ses (...)
  • SNCF 22 mars 2018

    22 mars 2018 En grève, dans les manifestations, défendons : La SNCF, Les Services publics, Les statuts des personnels, NON à l’utilisation des Ordonnances Depuis le mois de juin 2017 le Parti Communiste Révolutionnaire de France souligne que l’élection de Macron n’est pas la simple continuité des (...)
  • Holiday Inn Clichy : grève courageuse !

    Depuis le 19 octobre 2017, la majorité des femmes de chambre, gouvernantes, plongeurs et équipiers de la sous-traitance avec leur syndicat CNT-SO et avec le soutien de la CGT-HPE, sont en grève reconductible à l’hôtel HOLIDAY INN de CLICHY, qui appartient au groupe INTERCONTINENTAL. Il faut savoir (...)
  • McDonald’s de Villefranche de Rouergue : 142 jours de grève...

    À Villefranche de Rouergue, dans l’Aveyron, depuis le 23 août 2017 (142 jours de grève au 13 janvier 2018), des salariés du McDo sont en grève pour leurs conditions de travail et contre le licenciement d’un salarié. McDonald’s, monopole états-unien, possède 36 258 réseaux commerciaux rapides (fast (...)
  • Tupperware : Non à la fermeture !

    Le 19 octobre 2017, à Joué-lès-Tours en Indre-et-Loire, la direction a annoncé la fermeture sous quatre mois, c’est-à-dire en février 2018, de l’usine Tupperware. 235 travailleur-se-s seront donc licencié-e-s. Au milieu des années 2000, l’entreprise embauchait plus de 400 salarié-e-s. L’établissement de (...)