La RPDC face à 3 impérialismes...

Les nouvelles menaces américaines à l’encontre de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) accentuent le danger de guerre. De par sa position géographique, la Corée populaire se trouve à la croisée des intérêts impérialistes. Trois impérialismes différents entourent le pays. Le plus agressif est l’impérialisme américain, aidé de ses alliées sud-coréen et japonais. De l’autre côté, il y a l’impérialisme chinois et l’impérialisme russe. Chacun de ces trois impérialismes a ses intérêts propres. L’objectif de l’impérialisme américain est de se débarrasser de l’un des deux derniers régimes socialistes, et donc de conquérir la marché nord-coréen pour ouvrir la voie à ses monopoles et à ceux de la Corée du Sud. Mais surtout, cela le rapprocherait encore plus des frontières des impérialismes concurrents que sont la Chine et la Russie. Quant à ces derniers, il ne faut surtout pas penser qu’ils constituent des soutiens à la RPDC. Si la Chine et la Russie condamnent et s’opposent à la politique des États-Unis dans cette région, c’est simplement pour protéger leurs propres intérêts impérialistes. Ce n’est en aucun cas une volonté de protéger le régime nord-coréen.

Lorsque l’Union soviétique existait, elle représentait bien un allié et un soutien indéfectible pour la Corée du Nord. Les relations économiques étaient très développées entre ces deux États socialistes. La rupture de ces relations avec l’éclatement de l’URSS a mené à une situation économique très difficile en Corée populaire, qui s’est retrouvée dépourvue de tout soutien au niveau international. C’était la cause de sa plus grande vulnérabilité face aux États-Unis, intéressés à éradiquer tout régime socialiste dans le monde. Les processus capitalistes en Russie, dans les années 1990, ont mené ce système au stade monopoliste assez vite, et l’arrivée au pouvoir de Poutine s’est traduite par la volonté de rétablir les positions de la Russie au niveau international et donc de faire face aux intérêts impérialistes américains, ainsi que par la nécessité de se trouver des alliés. Face à la menace américaine, sud-coréenne et japonaise, la RPDC a dû renforcer ses relations diplomatiques avec la Russie. Cette dernière condamne les velléités impérialistes américaines, mais ne montre pas du tout son soutien au régime nord-coréen, et condamne même son programme nucléaire. En septembre 2014, le ministre russe des affaires étrangères, Serge Lavrov, a affirmé que les positions de la Russie et de la RPDC sur le programme nucléaire de Pyongyang n’étaient pas convergentes. Deux ans plus tard, Poutine confirmait que la Russie allait continuer à mettre tous les efforts nécessaires afin de contenir le développement du nucléaire nord-coréen. Or, l’arme nucléaire et la militarisation de la Corée du Nord sont ses seuls gages de survie en tant qu’État socialiste.

Ainsi, la retenue de la Russie dans le problème coréen s’explique seulement par ses intérêts impérialistes et sa propre sécurité. Il est évident que la disparition de la Corée du Nord affaiblirait considérablement les positions de la Russie, dont l’économie est de niveau très inférieur à celles de ses deux grands rivaux impérialistes que sont la Chine et les États-Unis. La Russie ne doit pas être vue comme un défenseur des intérêts du peuple coréen, pas plus qu’elle ne doit être vue comme un défenseur du peuple syrien, puisque son soutien répété à Bachar Al Assad ne s’explique que par ses intérêts impérialistes et géopolitiques dans une région riche en matières premières, et où la menace de l’impérialisme américain est aussi très forte. La Russie ne soutient pas la Corée du Nord pour le caractère socialiste de son économie, elle-même n’est plus socialiste depuis 1991 et quasiment aucun acquis social de l’époque soviétique n’a été gardé. Il suffit de voir la période du capitalisme sauvage des années 1990 et le caractère monopoliste de son économie de marché. Le régime de Poutine s’appuie sur la puissance des grandes sociétés pétrolières et du géant gazier Gazprom. Ses sociétés exploitent la population et les ressources naturelles du pays, ce qui les pousse à se projeter hors de leurs frontières nationales afin d’exporter leurs matières premières et d’être le fournisseur privilégié dans ce domaine.

C’est pour ces raisons que la solidarité avec la Corée populaire doit être réaffirmée. Ce petit État, l’un des deux derniers régimes socialistes encore en place, est entouré de trois impérialismes concurrents ne voyant que leurs intérêts économiques. Et l’histoire a montré que les alliances tactiques avec les États impérialistes d’aujourd’hui, n’étaient pas forcément celles de demain.

  • Arrestation de Lula : Condamnation du Parti Communiste Brésilien

    Après l’arrestation de l’ex-président Lula, le Parti Communiste Brésilien a publié la déclaration ci-dessous. Le PCRF s’associe à la condamnation de la décision des autorités judiciaires corrompues, décision qui participe de l’offensive de la réaction. La question n’est pas ici de juger si la politique de (...)
  • Gaza : Solidarité avec le peuple palestinien,

    victime des crimes de guerre du gouvernement israélien ! Le peuple palestinien de Gaza a tenu à célébrer un triple anniversaire : celui de son expulsion de ses terres au moment de la création de l’État sioniste d’Israël en mars-avril 1948, le droit au retour des Palestiniens chassés de leur patrie, et (...)
  • Turquie : Bas les pattes devant la jeunesse communiste !

    Communiqué de la Jeunesse Communiste de Grèce (KNE) sur la répression fasciste subie par la Jeunesse Communiste de Turquie (TKG) Ces derniers temps, la répression à l’encontre du Parti Communiste de Turquie (TKP) et de la Jeunesse Communiste de Turquie (TKG) s’est intensifiée avec des attaques (...)
  • Catalogne : arrestation de Carles Puigdemont

    Après l’arrestation de Carles Puigdemont, ancien président de la Généralitat de Catalogne, par les autorités de la République Fédérale Allemande, nous publions ci-dessous la réaction de nos camarades du Parti Communiste des Peuples d’Espagne (PCPE). Nous partageons le point de vue de nos camarades, et (...)
  • Russie : réélection de Vladimir Poutine

    Après des années d’une politique sociale désastreuse, Vladimir Poutine a été réélu Président de la Russie dimanche 18 mars 2018 avec 76,69% des voix dès le premier tour. Jouant sur la nostalgie de l’Union soviétique dans la population laborieuse, comme sur l’anticommunisme dans les couches sociales de la (...)
  • Elections présidentielles en Russie : Où sont les vrais communistes ?

    Le 18 mars 2018 auront lieu les élections présidentielles en Fédération de Russie. L’issue de ces « élections » laisse très peu de doute. Poutine, au pouvoir depuis son coup d’État de 1999-2000, devrait l’emporter dès le premier tour, comme c’était le cas lors des élections précédentes. Le caractère (...)
  • Contre l’impérialisme français, avec le peuple syrien

    Depuis quelques jours, une nouvelle campagne de presse fait rage autour de la guerre en Syrie, campagne d’une intensité semblable à celle qui eut lieu à propos de la libération d’Alep-est. Cette campagne fait silence sur l’agression turque en liaison étroite avec les autoproclamées forces « (...)
  • Le Venezuela à la croisée des chemins

    Depuis l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), l’été dernier, peu de nouvelles nous sont parvenues concernant le Venezuela dans les informations bourgeoises. Et pourtant, la situation politique du pays connaît, à quelques mois de l’élection présidentielle de mars/avril 2018, un moment (...)