Les contradictions internes à la loi de la baisse tendancielle du taux de profit

Comme nous l’avons vu lors des fiches théoriques précédentes, les capitalistes investissent (Cc+Cv) dans la sphère de la production afin d’obtenir le maximum de plus-value (survaleur) extorquée aux travailleurs, seuls producteurs de valeur. Nous avons constaté que ce processus d’exploitation de la force de travail provoque une baisse tendancielle et inexorable du taux de profit (Pl/Cc+Cv x 100) affectant la rentabilité des capitaux engagés. Les propriétaires des moyens de production vont essayer de pallier cet inconvénient en investissant toujours plus de capital afin de compenser cette baisse par une augmentation de la masse de la plus-value. Nous savons qu’ils procèdent par augmentation du capital constant (machines plus performantes, baisse de la valeur des marchandises, avantage par rapport aux concurrents) au détriment du capital variable, d’où nouvelle baisse du taux de profit. Cette tendance est inexorable pour la continuité du système et on assistera au fur et à mesure des rotations du capital à une augmentation de plus en plus grande de capitaux, qualifiée par Marx d’accumulation capitaliste.

Les capitalistes ne pouvant faire face à cette situation par manque de financement, et donc obtenir des taux de profits suffisamment élevés, seront expulsés impitoyablement de la production. Nous assisterons alors à une concentration de capitaux aboutissant peu à peu à une centralisation des capitaux entre de moins en moins de mains et à une concurrence effrénée entre eux. La contradiction fondamentale propre au mode de production capitaliste est donc entre la tendance au développement absolu des forces productives (augmentation du Cc au détriment du Cv) et la tendance à rechercher la plus forte revalorisation possible du capital investi. Il en résulte un conflit qui, lorsqu’il atteint un point critique, c’est-à-dire lorsqu’il devient impossible de concilier les deux aspects de la contradiction, débouche sur des crises d’où sortiront des solutions momentanées (destruction de capital, guerres, spéculation) rétablissant pour un temps l’équilibre, mais qui ne font que repousser les limites du système un peu plus loin. La crise actuelle en est une illustration. Elle est permanente, propre au système, est non pas conjoncturelle, comme on voudrait nous le faire croire (crise seulement financière, …etc, lors qu’il ne s’agit que des effets de cette crise). Cette analyse valide, encore plus, si besoin était, le caractère transitoire du mode de production capitaliste, donc la possibilité de réaliser une société communiste sur la base des contradictions internes à la loi de la baisse tendancielle du taux de profit. Pour résumer avec une citation de Marx : «  La véritable barrière de la production capitaliste, c’est le capitalisme lui-même  ».

NDLR  : Les cinq fiches théoriques parues ont permis de « survoler » les principaux concepts du « Capital » de Marx, et sont destinées à faciliter la lecture et l’étude approfondie de cet « outil pour l’action » dont la connaissance est indispensable à tous ceux qui ont pour idéal la libération pour les travailleurs des chaînes de l’exploitation capitaliste. De même, pour maîtriser complètement la connaissance du processus de développement du système capitaliste à notre époque, il est aussi indispensable de lire et d’étudier l’œuvre de Lénine : « L’impérialisme stade suprême du capitalisme ».
Il nous paraît aussi très utile de s’intéresser à l’œuvre remarquable de Domenico Moro «  La crise du capitalisme et Marx », paru aux éditions Delga, et qui a bien aidé pour la rédaction de ces fiches.

  • Etude du Capital de Karl Marx : 3ème séance

    La 3ème séance consacrée à l’étude du Capital de Karl Marx a porté sur le caractère fétiche de la marchandise. Pour écouter cette séance, cliquez sur la vignette ci-dessous. La prochaine séance, le samedi 9 juin 2018 à 14h30, sera consacrée à la fin de la Section 1 du Livre (...)
  • Etude du Capital de Karl MARX : 2ème séance

    Ci-dessous la vidéo de la 2ème séance d’étude du Capital de Karl Marx, consacrées aux pages 51 à 72 (cliquez sur la vignette) La troisième séance d’étude du Capital, consacrée aux pages 73 à 84 du Livre 1 (édition parue en novembre 2016 aux Éditions sociales), sur le caractère fétiche de la marchandise, (...)
  • Etude du Capital, de Karl Marx : 2ème séance le samedi 24 mars 2018 !

    La Conférence introductive à la lecture du Capital de Karl Marx s’est tenue le samedi 10 mars. Vous pouvez en suivre une partie par vidéo, sur notre chaîne TV Rouge IC, au lien suivant : https://www.youtube.com/watch?v=bGFrKwJidpI Elle va se poursuivre avec un cycle de séances de discussions sur (...)
  • Les contradictions internes à la loi de la baisse tendancielle du taux de profit

    Comme nous l’avons vu lors des fiches théoriques précédentes, les capitalistes investissent (Cc+Cv) dans la sphère de la production afin d’obtenir le maximum de plus-value (survaleur) extorquée aux travailleurs, seuls producteurs de valeur. Nous avons constaté que ce processus d’exploitation de la (...)
  • Causes qui contrecarrent la loi de la baisse tendancielle du taux de profit

    Avant d’entamer l’étude de la présente fiche il est peut-être utile, pour faciliter la compréhension, de rappeler la formule du taux de profit, Pl / (Cc+Cv) x 100. Nous avons vu lors de la fiche théorique précédente que la tendance des capitalistes pour augmenter la masse des profits et face à la (...)
  • La baisse tendancielle du taux de profit

    La baisse tendancielle du taux de profit est la loi la plus importante du développement du mode de production capitaliste. Pour aborder son étude il faut rappeler la formule du taux de plus-value Pl (plus-value)/Cv (capital variable) x100 (Cf. : fiche théorique N°1 IC 137) ainsi que celle du taux (...)
  • Le profit, le taux de profit

    Pour aborder dans de bonnes conditions l’étude du profit, il est nécessaire d’avoir présent à l’esprit la formule générale du capitalisme soit : C = (Cc+Cv) + Pv = C’ plus grand que C. (Cf : fiche théorique IC 137). Elle peut s’écrire aussi M (Cc+Cv) + Pv =M’ plus grand que M (la marchandise) remplaçant C (...)