Nouvelle loi sécuritaire : l’arsenal répressif se renforce encore !

Ce 18 octobre 2017, le Parlement a définitivement adopté la loi « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ». Seuls les députés du PCF et de la FI ont voté contre...

Depuis des décennies, nous dénonçons régulièrement les mesures et lois liberticides imposées par l’État capitaliste, sous le prétexte de lutte contre le terrorisme ; et pour cause : on en est à la douzième loi de ce genre en quinze ans...

Cette loi du gouvernement Macron/Philippe franchit cependant une nouvelle étape, gravissime, dans l’atteinte aux libertés individuelles et collectives, puisqu’elle inscrit l’état d’urgence (renouvelé à six reprises depuis les attentats du 13 novembre 2015) dans la loi, l’instituant ainsi de façon permanente.

Nous exposons ci-dessous les mesures phares de cette loi, afin de montrer leur dangerosité non pas tant pour les terroristes potentiels (sur lesquels, on l’a vu au cours des derniers mois en Europe, l’état d’urgence n’a pas d’effet), mais pour tous les démocrates qui cherchent à transformer en rapport de forces leurs combats syndicaux et/ou politiques.

1/ « Instaurer des périmètres de protection pour assurer la sécurité d’évènements ou de lieux particulièrement exposés (réunions sportives, culturelles..). Le préfet pourra autoriser des inspections visuelles des bagages et des palpations de sécurité par des agents de sécurité privés, sous contrôle des policiers et gendarmes. Les forces de sécurité intérieure pourront aussi fouiller des véhicules avec le consentement du conducteur. Si la personne ne se soumet pas aux contrôles, elle se verra refuser l’accès ou sera conduite hors du périmètre de sécurité. »

Les « zones de surveillance » de l’état d’urgence deviennent hypocritement des « périmètres de protection », mais le résultat est le même : des lieux de réunion pourront être restreints sur simple décision préfectorale, à l’intérieur desquels les opérations de contrôle et de fouilles pourront aboutir à des arrestations arbitraires. Les deux années d’état d’urgence ont montré comment les manifestant-e-s et militant-e-s contre la loi Travail étaient entravé-e-s dans leur droit de manifester et même de se rassembler ; comment ils/elles devenaient la cible de violences policières « terrorisantes ». Il est prévisible que désormais, les préfets auront toute latitude pour imposer des manifestations sous surveillance policière permanente, pour créer de multiples obstacles à la tenue de réunions dérangeantes pour le pouvoir, voire pour limiter toute vie collective.

2/ « Permettre la fermeture des lieux de culte lorsque « des propos, des écrits, des activités, des idées ou des théories » incitant ou faisant l’apologie du terrorisme ainsi que des incitations « à la haine et à la discrimination » s’y tiennent. »

En tant que communistes et matérialistes, nous dénonçons avant tout, dans cette mesure, la logique de « punition collective » et de stigmatisation qui prévaut, on le sait, en particulier à l’encontre des musulmans ; mais aussi l’utilisation de la notion floue « d’idées et de théories » « incitant à la haine », conçues comme un délit ; quid, selon cet article de loi, d’une théorie révolutionnaire qui prône le renversement du capitalisme et le bris de l’appareil d’État ? Quid de la dénonciation de la politique de l’État d’Israël ?

3/ « Permettre à l’autorité administrative de mettre en place des contrôles administratifs et des mesures de surveillance individuelle à l’encontre de toute personne à l’égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace d’une "particulière gravité" et qui entre en relation habituelle avec des personnes ou organisations aux visées terroristes ou qui soutient ou adhère à des thèses incitant au terrorisme. »

Les « assignations à résidence » de l’état d’urgence sont donc rebaptisées « mesures de surveillance individuelle ». Ces mesures sont tout aussi attentatoires aux libertés qu’elles l’étaient sous l’état d’urgence. Ce qui est particulièrement choquant, c’est la place que prend désormais, dans la loi, la suspicion, (« des raisons sérieuses de penser... »), arbitraire absolu qui remplace la matérialité des faits par un faisceau de présomptions, et le juridique par l’administratif et le policier. Où s’arrêtera désormais le vivier des suspects potentiels établi sur le seul « comportement », suspects potentiels qui pourront être assignés à résidence pendant un an ?

4/ « Les personnes soumises à ces mesures seront obligées de transmettre leurs identifiants et numéros d’abonnement de leurs messageries électroniques ».

Le Sénat avait annulé cette disposition (qui n’est même pas présente dans l’état d’urgence...), comme « portant une forte atteinte aux libertés constitutionnelles : respect de la vie privée, secret des correspondances et droits de la défense ». Les Sénateurs ajoutaient que « nul n’est tenu de participer à sa propre incrimination », rappelant ainsi la décision du Conseil constitutionnel du 4 novembre 2016 : « Nul n’est tenu de s’accuser, principe dont découle le droit de se taire ». Les députés Républicains, le Front national, LREM, PS, ont rétabli cette mesure.

5/ « Permettre aux préfets d’ordonner la visite de tout lieu dont il existe des raisons sérieuses de penser qu’il est fréquenté par une personne qui représente une menace terroriste ou est en relation avec des personnes qui représentent une menace terroriste. »

Il s’agit là de transposer dans le droit commun le régime des perquisitions administratives de l’état d’urgence, fondées sur les critères identiques à ceux posés pour les mesures d’assignation à résidence.
Rappel : 4300 perquisitions ont été autorisées depuis le début de l’état d’urgence, et seules 30 procédures ont été ouvertes, avec cette précision : « Que cette mesure ait ou non permis à elle seule de justifier l’ouverture de la procédure ».
Une fois de plus, on voit comment va se généraliser le régime de perquisitions à titre « préventif » et déconnecté de la recherche d’une infraction pénale.

6/ « Élargir la durée et le périmètre des possibilités de contrôles dans les zones frontalières. Rendre les contrôles d’identité possibles « aux abords des gares » (et non plus à l’intérieur seulement) ainsi que « dans un rayon maximal de vingt kilomètres autour des ports et aéroports » internationaux les plus sensibles. Faire passer de six à douze heures la durée maximale du contrôle. »

Voilà qui va étendre de facto les contrôles au faciès sur un bon quart du territoire...

Loi travail et loi « anti-terroriste » sont deux « armes de destruction massive » contre les droits sociaux et démocratiques durement conquis au fil des luttes !
Demander l’abrogation de ces deux lois est donc une nécessité vitale, dans le cadre de la lutte générale contre le capitalisme.

  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)
  • Édouard Philippe, la SNCF et le Mensonge en Marche

    Le premier ministre a fait connaître ce matin (lundi 26 février 2018) les orientations qu’il entend donner à une réforme de la SNCF. Sur le fond il n’y a pas de surprise : la bourgeoisie française et européenne (UE) veulent en finir avec le secteur nationalisé, pour le rail comme pour le reste. Ce qu’a (...)
  • Macron, le capitalisme et la guerre

    En Marche forcée pour la réaction sur toute la ligne, l’homme de l’oligarchie financière, élu contre Le Pen et non pour son programme (17% des inscrits au premier tour), Macron, Président de la République du Capital, s’attaque à tous les droits conquis par la classe ouvrière et les masses populaires : (...)
  • Assassinats de Charonne : 56ème commémoration

    Le 8 février 1962, 9 travailleurs syndiqués de la CGT ont été sauvagement assassinés par des brigades spéciales de police sur l’ordre de Maurice PAPON, alors préfet de police de Paris, et de Roger FREY, ministre de l’Intérieur du gouvernement de l’époque. Cinquante-six ans plus tard, on ne les a pas (...)
  • Halte à la privatisation de la SNCF !

    Suite aux conditions climatiques, le manifestation des Cheminots a été annulée. Ci-dessous le tract qui était prévu pour le 8 février 2018, jour de mobilisation des cheminots pour la défense du service public des chemins de fer. (cliquez sur la (...)
  • Grave attaque contre la Fonction Publique. Organisons la riposte !

    À l’offensive pour mettre en œuvre la politique des monopoles et de l’oligarchie financière, le gouvernement et le Président de la République viennent d’annoncer l’ouverture d’un nouveau front : celui du démantèlement de la Fonction Publique. 120 000 emplois de titulaires sont visés, entraînant le recours (...)