Présidentielles : Pas une voix au consensus capitaliste, pas une voix au binôme Le Pen - Macron !

À quel­ques jours du second tour des Présidentielles, la cam­pa­gne fait rage, avec en point d’orgue, le 3 mai 2017, un débat télé­visé qui a tourné très vite à la caco­pho­nie, à tra­vers un échange d’atta­ques per­son­nel­les dres­sant un voile sur les pro­gram­mes de l’un et de l’autre.

L’ensem­ble de l’appa­reil poli­ti­que et de com­mu­ni­ca­tion de la bour­geoi­sie est mobi­lisé pour faire élire le can­di­dat choisi par la bour­geoi­sie mono­po­liste, Emmanuel Macron. Son pro­gramme, c’est celui de Fillon, un pro­gramme contre la classe ouvrière, contre les cou­ches moyen­nes sala­riées, un pro­gramme de guerre contre les peu­ples et les gou­ver­ne­ments qui s’oppo­sent à l’impé­ria­lisme fran­çais, un pro­gramme qui vise à ren­for­cer l’Union euro­péenne, cette alliance des bour­geoi­sies euro­péen­nes (et états-unienne !) pour mener les poli­ti­ques bar­ba­res mises en œuvre par-dessus les peu­ples.

L’autre can­di­date, Marine Le Pen, c’est le racisme, la xéno­pho­bie, une déma­go­gie sociale effré­née des­ti­née à mas­quer le fait qu’elle est pour le capi­ta­lisme et que son pro­gramme réel, c’est le pro­gramme de Fillon. Le Front National, promu par François Mitterrand, sert aujourd’hui de faire valoir à Macron et à l’Union Européenne : pen­dant que l’atten­tion est portée sur les anté­cé­dents pétai­nis­tes du FN, réduit au seul racisme, mas­quant sa vio­lence meur­trière contre les com­mu­nis­tes, on fait oublier la réa­lité de la poli­ti­que d’Emmanuel Macron. Sa loi a été le pre­mier coup contre le Code du Travail, et il esti­mait insuf­fi­sante la loi Travail ! C’est lui qui a mis en place l’ « ubé­ri­sa­tion » de l’économie prévue par l’Union euro­péenne. Il a appouvé l’agres­sion de Hollande contre la Syrie, le sou­tien au Qatar, à l’Arabie Saoudite et à Israël, dont les liens avec le ter­ro­risme sont patents. Il a sou­tenu l’état d’urgence, dont le gou­ver­ne­ment a repris des dis­po­si­tions pro­po­sées par le FN. Marine Le Pen veut s’atta­quer aux tra­vailleurs immi­grés, et refuse l’accueil aux réfu­giés. Mais Macron pro­pose-t-il l’abo­li­tion des légis­la­tions anti-immi­grés en place depuis les lois Pasqua ? Non. S’est-il opposé à la poli­ti­que de l’Union Européenne de refou­le­ment des migrants en Méditerranée, cau­sant des mil­liers de vic­ti­mes ? Non, il l’a sou­te­nue et, plus encore, avec la poli­ti­que bel­li­ciste de Hollande pour­sui­vant celle de Sarkozy, il a contri­bué au drame humain des réfu­giés fuyant la guerre.

Faire bar­rage au Front National en votant Macron, c’est comme faire un bar­rage contre l’eau avec du grillage ! Fillon appelle à voter Macron, mais ses dis­cours sont uti­li­sés par Marine Le Pen ! Sarkozy appelle à voter Macron, mais tout le monde se sou­vient de ses dis­cours xéno­pho­bes et racis­tes ! Et le patro­nat appelle à voter Macron, pour faire la poli­ti­que sociale et économique que ferait Marine Le Pen, mais dans le cadre de l’Union Européenne qui reste pour le moment le choix des mono­po­les !

Alors, des dif­fé­ren­ces ? Dans le détail peut-être, mais sur le fond, l’un comme l’autre, c’est l’aus­té­rité, la galère, les liber­tés démo­cra­ti­ques fou­lées aux pieds, l’aug­men­ta­tion du chô­mage, la géné­ra­li­sa­tion de la pré­ca­rité. Toutes leurs pro­po­si­tions res­tent dans le cadre du capi­ta­lisme, toutes leurs pro­po­si­tions sont donc vouées à l’échec.

Après le 49/3, aujourd’hui, Macron veut gou­ver­ner par ordon­nan­ces ! Et conti­nuer l’état d’urgence ? Derrière l’appel à faire bar­rage à Le Pen, ce qui est recher­ché, c’est le consen­sus der­rière la poli­ti­que que la bour­geoi­sie mono­po­liste, l’oli­gar­chie finan­cière, veu­lent voir menée. C’est ce qui expli­que la cam­pa­gne igno­ble contre Mélenchon (que nous n’avons pas sou­tenu), parce qu’il brise le consen­sus qu’ont rallié les diri­geants sans scru­pule du PCF.

Travailleuses, Travailleurs,
Ne vous lais­sez pas abuser, ne mélan­gez pas vos suf­fra­ges avec ceux de vos enne­mis. La lutte contre le fas­cisme est insé­pa­ra­ble de la lutte contre le capi­ta­lisme qui l’engen­dre.
La crise se pour­suit et va s’aggra­ver. Cette crise, c’est celle du capi­ta­lisme arrivé à un stade sénile. C’est ça le lit du fas­cisme, c’est ça le lit de la guerre entre puis­san­ces impé­ria­lis­tes qui menace ! Contre Le Pen et contre Macron, ren­for­çons le syn­di­ca­lisme de classe pour repous­ser l’assaut qui se pré­pare contre nos droits ! Contre Le Pen et contre Macron, les can­di­dats du sys­tème capi­ta­liste, mobi­li­sons-nous contre l’appro­pria­tion privée de la richesse sociale, l’appau­vris­se­ment du plus grand nombre pour enri­chir la petite mino­rité, la mise en concur­rence des tra­vailleurs et des peu­ples. Il n’y a pas d’autres alter­na­ti­ves que le socia­lisme-com­mu­nisme. Rejoignez le Parti Communiste Révolutionnaire de France.

Paris, le 4 mai 2017

  • "La Réaction en Marche"

    Les Présidentielles comme les Législatives sou­li­gnent la pro­fon­deur de la crise poli­ti­que que tra­verse le pays. C’est l’abs­ten­tion (avec le vote blanc et nul) qui témoi­gne de son ampleur. Et c’est vrai dès le pre­mier tour des Présidentielles : aucun can­di­dat ne tota­lise plus de 18,5% des ins­crits, (...)
  • Législatives : raz-de-marée en trompe-l’œil pour la bourgeoisie

    Communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) Le pre­mier tour des élections légis­la­ti­ves confirme l’ampleur de la crise poli­ti­que grave que tra­verse notre pays depuis plu­sieurs années. On assiste à une recom­po­si­tion du cadre poli­ti­que, équivalente à celle de 1958. Le parti (...)
  • Président Macron : la Réaction En Marche

    Ce que tout le monde savait - que Macron allait lancer une vaste offen­sive contre le pro­lé­ta­riat et les tra­vailleurs des cou­ches moyen­nes - est devenu bru­ta­le­ment une nou­velle, parce que Le Parisien et Libération ont publié des extraits d’un projet de réforme de la Loi Travail. Le gou­ver­ne­ment nie (...)
  • Gouvernement Macron/Philippe : réactionnaire sur toute la ligne !

    Déclaration du Secrétaire géné­ral du Parti Communiste Révolutionnaire de France : L’élection d’Emmanuel Macron ne lais­sait aucun doute : son gou­ver­ne­ment, dans la logi­que de son pro­gramme, serait un gou­ver­ne­ment socia­le­ment réac­tion­naire, un gou­ver­ne­ment « de guerre » contre les tra­vailleurs et les (...)
  • Législatives : le sens de nos candidatures

    L’atti­tude des marxis­tes envers les élections est de cibler le prin­ci­pal obs­ta­cle à atta­quer, en déployant de manière com­pré­hen­si­ble la poli­ti­que du parti. Pour le Parti Communiste Révolutionnaire de France, c’est le capi­ta­lisme (pro­priété privée des moyens de pro­duc­tion et d‘échange), cause réelle de (...)
  • Macron, la continuité réactionnaire à l’Élysée !

    Communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France Emmanuel Macron, l’homme de la bour­geoi­sie fran­çaise, a été élu Président de la République. C’est le résul­tat d’une for­mi­da­ble mobi­li­sa­tion de l’appa­reil de pro­pa­gande et de com­mu­ni­ca­tion du capi­tal mono­po­liste depuis main­te­nant plus d’un an, et qui a (...)
  • Manifestation du 1er mai 2017 à Paris

    Manifestation du 1er mai 2017 à Paris 1er mai 2017 JOURNÉE INTERNATIONALE DES TRAVAILLEUSES ET TRAVAILLEURS Il est temps que les tra­vailleu­ses et tra­vailleurs s’orga­ni­sent vers le TOUS ENSEMBLE et en MÊME TEMPS, Vers la Révolution (...)
  • Qui sont les irresponsables ?

    Déclaration de Maurice Cukierman, Secrétaire Général du Parti Communiste Révolutionnaire de France A la veille de l’élection pré­si­den­tielle, on pour­rait penser qu’il est encou­ra­geant de cons­ta­ter le rejet massif de la can­di­date du Front National. Et effec­ti­ve­ment, dans les contacts que nous (...)