Présidentielles : Pas une voix au consensus capitaliste, pas une voix au binôme Le Pen - Macron !

À quelques jours du second tour des Présidentielles, la campagne fait rage, avec en point d’orgue, le 3 mai 2017, un débat télévisé qui a tourné très vite à la cacophonie, à travers un échange d’attaques personnelles dressant un voile sur les programmes de l’un et de l’autre.

L’ensemble de l’appareil politique et de communication de la bourgeoisie est mobilisé pour faire élire le candidat choisi par la bourgeoisie monopoliste, Emmanuel Macron. Son programme, c’est celui de Fillon, un programme contre la classe ouvrière, contre les couches moyennes salariées, un programme de guerre contre les peuples et les gouvernements qui s’opposent à l’impérialisme français, un programme qui vise à renforcer l’Union européenne, cette alliance des bourgeoisies européennes (et états-unienne !) pour mener les politiques barbares mises en œuvre par-dessus les peuples.

L’autre candidate, Marine Le Pen, c’est le racisme, la xénophobie, une démagogie sociale effrénée destinée à masquer le fait qu’elle est pour le capitalisme et que son programme réel, c’est le programme de Fillon. Le Front National, promu par François Mitterrand, sert aujourd’hui de faire valoir à Macron et à l’Union Européenne : pendant que l’attention est portée sur les antécédents pétainistes du FN, réduit au seul racisme, masquant sa violence meurtrière contre les communistes, on fait oublier la réalité de la politique d’Emmanuel Macron. Sa loi a été le premier coup contre le Code du Travail, et il estimait insuffisante la loi Travail ! C’est lui qui a mis en place l’ « ubérisation » de l’économie prévue par l’Union européenne. Il a appouvé l’agression de Hollande contre la Syrie, le soutien au Qatar, à l’Arabie Saoudite et à Israël, dont les liens avec le terrorisme sont patents. Il a soutenu l’état d’urgence, dont le gouvernement a repris des dispositions proposées par le FN. Marine Le Pen veut s’attaquer aux travailleurs immigrés, et refuse l’accueil aux réfugiés. Mais Macron propose-t-il l’abolition des législations anti-immigrés en place depuis les lois Pasqua ? Non. S’est-il opposé à la politique de l’Union Européenne de refoulement des migrants en Méditerranée, causant des milliers de victimes ? Non, il l’a soutenue et, plus encore, avec la politique belliciste de Hollande poursuivant celle de Sarkozy, il a contribué au drame humain des réfugiés fuyant la guerre.

Faire barrage au Front National en votant Macron, c’est comme faire un barrage contre l’eau avec du grillage ! Fillon appelle à voter Macron, mais ses discours sont utilisés par Marine Le Pen ! Sarkozy appelle à voter Macron, mais tout le monde se souvient de ses discours xénophobes et racistes ! Et le patronat appelle à voter Macron, pour faire la politique sociale et économique que ferait Marine Le Pen, mais dans le cadre de l’Union Européenne qui reste pour le moment le choix des monopoles !

Alors, des différences ? Dans le détail peut-être, mais sur le fond, l’un comme l’autre, c’est l’austérité, la galère, les libertés démocratiques foulées aux pieds, l’augmentation du chômage, la généralisation de la précarité. Toutes leurs propositions restent dans le cadre du capitalisme, toutes leurs propositions sont donc vouées à l’échec.

Après le 49/3, aujourd’hui, Macron veut gouverner par ordonnances ! Et continuer l’état d’urgence ? Derrière l’appel à faire barrage à Le Pen, ce qui est recherché, c’est le consensus derrière la politique que la bourgeoisie monopoliste, l’oligarchie financière, veulent voir menée. C’est ce qui explique la campagne ignoble contre Mélenchon (que nous n’avons pas soutenu), parce qu’il brise le consensus qu’ont rallié les dirigeants sans scrupule du PCF.

Travailleuses, Travailleurs,
Ne vous laissez pas abuser, ne mélangez pas vos suffrages avec ceux de vos ennemis. La lutte contre le fascisme est inséparable de la lutte contre le capitalisme qui l’engendre.
La crise se poursuit et va s’aggraver. Cette crise, c’est celle du capitalisme arrivé à un stade sénile. C’est ça le lit du fascisme, c’est ça le lit de la guerre entre puissances impérialistes qui menace ! Contre Le Pen et contre Macron, renforçons le syndicalisme de classe pour repousser l’assaut qui se prépare contre nos droits ! Contre Le Pen et contre Macron, les candidats du système capitaliste, mobilisons-nous contre l’appropriation privée de la richesse sociale, l’appauvrissement du plus grand nombre pour enrichir la petite minorité, la mise en concurrence des travailleurs et des peuples. Il n’y a pas d’autres alternatives que le socialisme-communisme. Rejoignez le Parti Communiste Révolutionnaire de France.

Paris, le 4 mai 2017

  • Contre-offensive populaire !

    C’est par un agenda à l’étranger très chargé que la présidence Macron a choisi de fêter ses 1 an. Sa visite aux États-Unis fut abondamment commentée comme une réussite et un coup de maître de l’homme providentiel. Personne n’a pu manquer les images en boucle de Macron au congrès américain. La réalité de son (...)
  • Le mouvement syndical en France : état des lieux et perspectives

    À découvrir, ci-dessous, l’intervention de Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du Parti Communiste Révolutionnaire de France, lors de la rencontre des Partis communistes et ouvriers d’Europe, réunis à Bruxelles les 11 et 12 avril 2018. (pour ouvrir le pdf, cliquez sur la vignette). Chers Camarades, (...)
  • Macron : le sabre et le goupillon...

    Il y a un an, notre Parti dénonçait en Macron un individu marqué idéologiquement et politiquement par l’extrême droite : volonté de liquider tout pouvoir parlementaire, mise en avant du pouvoir du chef et volonté de concentrer tous les pouvoirs dans les mains de l’exécutif, volonté de casser le (...)
  • Réformes dans le Supérieur et le Lycée...

    Tri social et contenus appauvris, les deux mamelles d’une exploitation sans limite des jeunes travailleurs En 2015 puis 2016, deux réformes de portée idéologique ont frappé le second degré : la réforme du collège et celle du Bac professionnel, que nous avons analysées et dénoncées, à travers leurs (...)
  • "Vendu", avez-vous dit ?

    Qu’est-ce qu’un-e dirigeant-e syndical-e ? C’est quelqu’un qui défend les intérêts des travailleurs, leurs salaires, leurs conditions d’emplois ; c’est quelqu’un qui organise la lutte contre le patronat, car celui-ci vole le temps aux travailleurs, en leur extorquant la survaleur (plus-value). Mais (...)
  • Hollande-La-Guerre !

    Depuis quelques jours, une campagne politique de grande ampleur a lieu autour des évènements qui ensanglantent la République Arabe Syrienne : l’agression turque contre la région d’Afrin, et les combats menés par les forces syriennes pour déloger de la vallée de la Goutha les groupes djihadistes (...)
  • Pour un bond en avant de la lutte des classes !

    Depuis le mois de janvier 2018, rares sont les jours qui n’ont pas témoigné de la frénésie de changement du gouvernement Macron et de son caractère réactionnaire et brutal. La violence sociale qu’est l’exploitation capitaliste trouve ici son expression la plus aboutie : le nouvel élu présidentiel n’a (...)