Remaniement ministériel : Beaucoup de bruit pour...

...pas grand-chose !

Le remaniement ministériel effectué par Emmanuel Macron est la conséquence des difficultés politiques rencontrées par une sauvage politique de classe, qui donne tout à la bourgeoisie monopoliste et à l’oligarchie financière, et retire tout à la classe ouvrière, aux chômeurs et chômeuses, aux retraitées et retraités, aux couches populaires, mais aussi aux couches moyennes.
D’un certain point de vue, le nouveau gouvernement est plus faible que le précédent. Après Hulot et Colomb, c’est le départ honteux et contraint de la Ministre de la Culture, poursuivie par le fisc. Déjà des députés LREM quittent le navire...
Ce n’est sûrement pas le plaidoyer télévisé de 12 minutes, se terminant par la réaffirmation que tout continue comme avant, qui va changer quelque chose, et encore moins le fait de considérer comme "parler vrai" ce que tout le monde juge comme de l’arrogance de classe !
De nouvelles attaques contre les droits du peuple travailleur sont préparées (retraites, Sécurité sociale, chômage, santé, éducation, mais aussi au plan politique, avec la loi "contre les fausses nouvelles", la réforme constitutionnelle, les attaques contre les libertés…). La faiblesse de la politique bourgeoise de Macron, c’est la faiblesse de sa base politique : 17 % au 1er tour des Présidentielles, 15 % (avec 400 députés !) aux législatives, base largement affaiblie aujourd’hui. La mobilisation du 9 octobre 2018, quoique insuffisante, montre le chemin au mouvement ouvrier. C’est par le développement du combat organisé contre la politique du pouvoir des monopoles, conduite par Macron, que l’on pourra l’affaiblir encore et le conduire à reculer.
Partout il faut mettre à l’ordre du jour la mise en place d’un plan d’action interprofessionnel de lutte contre la politique de la bourgeoisie, en s’appuyant sur les revendications locales comme sur les revendications de salaires. Ce plan d’action doit déboucher sur l’action multiforme, et en particulier sur une journée de grève générale comme étape vers des étapes supérieures de mobilisation. On ne pourra battre la bourgeoisie, on ne pourra conserver nos droits et récupérer ce que l’on nous a pris, que dans la lutte, y compris pour la défense des services publics, en affaiblissant le gouvernement.

  • Plan pauvreté de Macron... :

    ... Entre trompe-l’oeil et contrôle social accru ! Perçu comme l’homme du patronat et de l’oligarchie financière, comme "le Président des riches", en manque de popularité et confronté à une majorité fissurée, Emmanuel Macron a voulu faire du jeudi 13 septembre 2018, sa journée de "bonne action sociale" ! (...)
  • Ministère des sports : de qui se moque-t-on ?

    La nouvelle ministre des sports se serait aperçue, à la fin de la semaine passée, que son budget allait baisser et que le ministère allait être amputé de la moitié des fonctionnaires de son ministère. Huit jours après le remaniement ministériel qui l’a promue, Roxana Maracineanu fait une grande (...)
  • J.-L. Mélenchon en "manque d’amis" ?

    Depuis quelque temps, il n’a échappé à personne que le bouillant Mélenchon a sensiblement adouci son discours, et lancé une véritable opération de séduction auprès de ses "anciens camarades" du PS, sans doute en vue des prochaines élections européennes. Le voilà nostalgique du courant "la Gauche (...)
  • Rebondissement de la crise politique : remettre en cause le capitalisme !

    Choisi pour tenter de résoudre la crise politique que traverse le pays depuis la fin du XXᵉᵐᵉ siècle, Macron, après un an à l’Élysée, semble plutôt avoir jeté de l’huile sur le feu ! L’été caniculaire que nous avons vécu a en effet été très chaud pour la présidence jupitérienne ! Mais revenons à la crise (...)
  • Fête de l’Humanité : Venez nombreux au stand du PCRF !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France aura son stand à la Fête de l’Humanité les 14, 15 et 16 septembre 2018 au parc du Bourget, Avenue Raymonde Tillon au bout de l’Avenue Martin Luther King sur la gauche, entrée Courneuve. Une table de lecture, un bar et son fameux mojito, le n°148 de notre (...)
  • Affaire Benalla : nouvel avatar du présidentialisme monarchique ?

    "L’affaire Benalla" (Rappel : Alexandre Benalla, recruté par E. Macron comme agent de sécurité, s’est cru autorisé à faire le "coup de poing", aux côtés des CRS, contre des manifestants au printemps dernier) suscite un légitime remue-ménage médiatico-politique ; les uns et les autres semblent en effet (...)