Rencontre RPDC - Etats-Unis : un sommet historique !

Le sommet organisé ce 12 juin 2018 à Singapour entre le Président Kim Jung Un pour la République Populaire et Démocratique de Corée et le Président Donald Trump est un événement majeur de la politique internationale.

Pour en comprendre la portée il faut rappeler :

- Qu’en 1945, l’impérialisme États-unien a occupé le sud de la Corée et mis en place une administration s’appuyant sur les ex-collaborateurs des Japonais contre les forces de la Résistance ;

- Qu’en 1948, les États-Unis ont organisé la partition de la péninsule tout en participant aux répressions de la population, comme dans l’Ile de Juju, faisant jusqu’à 60 000 morts ;

- Que durant la guerre de Corée, sous le drapeau de l’ONU, le Président Eisenhower voulait ramener la Corée à l’âge de pierre et que les États-Unis ont non seulement bombardé le peuple coréen, mais ont utilisé les armes chimiques et bactériologiques ;

- Que depuis lors, le gouvernement des États-Unis a organisé un système de boycott économique et de sanctions systématiques contre la RPDC, aggravées depuis deux ans et accompagnées de diatribes belliqueuses qui ont porté la tension à l’extrême ;

- Qu’aucun des engagements pris, notamment dans les années 90 du siècle passé (accords de Washington) par le gouvernement des États-Unis, n’a été respecté, en particulier concernant l’énergie nucléaire (construction d’une centrale à eau légère en RPDC) ;

- Que chaque année, depuis des décennies, les États-Unis organisent des manœuvres militaires conjointes avec les troupes sud-coréennes, manœuvres dont l’objectif est l’invasion de la RPDC et l’assassinat de ses dirigeants ;

- Qu’une campagne permanente au niveau international a été menée pour calomnier la RPDC et discréditer ses dirigeants.

Le sommet RPDC-USA est donc une victoire diplomatique et politique de la RPDC.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France se félicite de cette victoire qui fait avancer la cause de la paix régionale et mondiale.
Pour autant les peuples ne doivent pas relâcher leur vigilance : les États-Unis doivent respecter leurs engagements ; les sanctions prises contre la RPDC doivent être abolies sans délai, les manœuvres militaires US dans la péninsule doivent être abandonnées pour toujours, leurs troupes évacuées, le peuple coréen doit pouvoir se réunifier sans ingérence étrangère et choisir la voie de développement de son choix.

Pour ce qui est de la RPDC, elle sera fidèle à ses principes, réaffirmés à maintes reprises par ses dirigeants et mis en œuvre par le camarade Kim Jong Un, Président du Parti du travail de Corée, et elle respectera ses engagements.

Le PCRF condamne fermement le gouvernement Macron-Philippe qui, une fois de plus, est à la pointe des campagnes bellicistes contre la RPDC, alors que naît un espoir de voir le risque de conflits s’éloigner. Plus que jamais le gouvernement français doit reconnaître diplomatiquement la RPDC.

Le PCRF exprime sa solidarité avec la classe ouvrière et les masses populaires de Corée du Sud dans leur lutte contre les lois anti-démocratiques, pour l’abrogation de la loi de sécurité nationale, pour la réunification, pour le renversement du pouvoir des monopoles (les tcheobols, qui ont toujours profité de l’occupation états-unienne pour exploiter les travailleurs...), pour l’abolition du capitalisme et l’ouverture de la voie au socialisme au sud.

Le PCRF réaffirme sa solidarité avec le Parti du Travail de Corée, avec la classe ouvrière et les masses populaires de RPDC dans leur lutte pour la réunification de leur patrie et pour le renforcement du socialisme.

Le PCRF appelle les travailleurs, les forces populaires à soutenir la juste lutte du peuple coréen pour sa réunification.

  • Libérez Julian Assange !

    Le fondateur de Wikileaks a été livré à la police britannique le 11 avril 2019 par le Président équatorien Moreno, alors que Julian Assange était réfugié politique depuis 7 ans dans les locaux de l’ambassade d’Equateur. Moreno est le prototype même de l’élément vendu, qui s’est fait élire pour continuer (...)
  • OTAN : Pour son 70ème anniversaire, l’OTAN doit être détruite !

    Déclaration du secrétariat de l’Initiative communiste européenne L’OTAN a été créée il y a soixante-dix ans, en 1949, afin de bloquer l’influence idéologique et politique du socialisme et de l’Union soviétique, influence qui s’était considérablement accrue après la Seconde Guerre mondiale, ainsi que son (...)
  • Il y a 20 ans, l’OTAN bombardait la Yougoslavie...

    Déclaration de l’Initiative communiste européenne : Solidarité avec les peuples de l’ancienne République Fédérale de Yougoslavie (RFY) à l’occasion du 20eme anniversaire de l’agression de l’OTAN contre la RFY Vingt ans se sont écoulés depuis le début de l’agression de l’OTAN contre la République (...)
  • Venezuela : contre l’agression impérialiste,...

    ... en finir avec le réformisme et l’opportunisme, avancer résolument vers la révolution ! Au Venezuela, le risque de guerre civile et d’agression étrangère se profile à l’horizon. Dans ce contexte, émergent des analyses (y compris dans le mouvement communiste) qui ne prennent pas en compte un certain (...)
  • Anniversaire de l’Internationale Communiste : Conférence à Istanbul

    Pour le 100eme anniversaire de l’Internationale Communiste, le Parti Communiste de Turquie a organisé, dans le cadre de l’Initiative Communiste Européenne, une réunion d’étude sur le thème "100 ans d’héritage politique". Étaient présents 15 partis, dont le PCRF pour la France, le Parti Communiste de (...)
  • Pour une Europe des peuples, du socialisme !

    DÉCLARATION DE « L’INITIATIVE DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS D’EUROPE » (IPCOE) : POUR LE RENFORCEMENT DE LA LUTTE DES TRAVAILLEURS ET DES TRAVAILLEUSES, EN VUE DES ÉLECTIONS EUROPÉENNES DE MAI 2019. POUR UNE LUTTE EFFICACE CONTRE L’EXPLOITATION CAPITALISTE ! POUR UNE EUROPE DES PEUPLES, (...)
  • Solidarité avec le peuple vénézuélien !

    Une tentative de coup d’État a lieu au Venezuela pour mettre fin à sa politique d’indépendance nationale et de redistribution d’une partie de la richesse nationale vers les couches populaires. Après avoir tenté vainement le coup de force de la rue, le sabotage économique, la réaction vénézuélienne (...)