Solidarité de classe avec les travailleurs et la jeunesse de Guyane !

Une lutte exemplaire voit se mobiliser, depuis le 20 mars 2017, l’ensemble du peuple guyanais, lutte qui n’est pas sans rappeler le soulèvement des Guadeloupéens en 2009 : même détermination, même souci de l’unité pour une participation massive de toutes les composantes de la population.

Une lutte unitaire...
Commencé mi-mars avec des mobilisations catégorielles (transporteurs, agriculteurs, électriciens), le mouvement s’est vite élargi à des milliers de Guyanais qui ont répondu à l’appel à la grève générale illimitée lancé le 27 mars par l’UTG (Union des Travailleurs Guyanais), et qui ont voulu fédérer les colères et revendications des différents collectifs citoyens et des syndicats sous la bannière d’un unique collectif nommé « Pou la Gwiyann Dekolé » (« Pour que la Guyane décolle »). Pas moins de 428 doléances ont été rédigées, mettant en lumière des difficultés devenues insupportables en matière de santé, d’éducation, de développement de l’énergie, d’économie, de sécurité, de logement, etc.

… et bloquante
Face au mépris affiché par le gouvernement PS (la ministre des DOM-TOM ne s’étant déplacée que le 30 mars), l’opération « paralysie du pays » a été mise en place, des barrages obstruant les ronds-points stratégiques du littoral guyanais, bloquant notamment l’entrée de Cayenne, et imposant la mise à l’arrêt des opérations de tir sur la base de Kourou. Une forte présence de travailleurs mobilisés, installés de manière permanente sous des abris de fortune sur les grands axes routiers, a contraint le gouvernement à ouvrir des négociations. Le 4 avril, les manifestants occupaient le Centre spatial guyanais à Kourou, démonstration de force signifiant, selon un porte-parole du collectif qu’ils pouvaient « prendre possession de tous les espaces, même stratégiques, de Guyane ». Depuis le 10 avril, une nouvelle opération « blocage total » et « ville-morte » est lancée par le collectif.

Crise du capitalisme et héritage colonial
Cet appel répond aux propositions très insuffisantes annoncées le 2 avril par le gouvernement : un « plan d’urgence » de 1,085 milliard d’euros, qui, aux yeux du collectif, relève plus du saupoudrage, notamment dans le domaine social (santé, éducation), secteur qui nécessiterait au moins 2,5 milliards de plus.
La situation économique et sociale de la Guyane, qui à certains égards fait penser au Tiers-Monde, résulte à la fois de la crise du système capitaliste et d’un héritage colonial que le statut de « département français » n’a pas effacé : un chômage record (22,3%) qui frappe plus encore une jeunesse nombreuse (43 % de la population a moins de 20 ans, 40 % des 15-24 ans sont au chômage) ; un accès limité à l’éducation : la moitié seulement des 15-24 ans est scolarisée, seuls 12 % d’entre eux ont le baccalauréat et ils sont plus d’un quart à présenter de graves difficultés de lecture (4 % en métropole) ; 46 000 personnes n’ont pas d’accès direct à un service d’eau potable ; des milliers de Guyanais n’ont toujours pas l’électricité ; un ménage sur quatre vit sous le seuil de pauvreté ; les produits alimentaires sont 45 % plus chers qu’en métropole, les loyers 20 % plus élevés ; il y a deux fois moins de médecins qu’en métropole ; un Guyanais sur 5 est à plus de 30 minutes d’un service d’urgence... ; rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que l’insécurité, sous la forme notamment de vols avec ou sans arme, soit devenue un véritable fléau.
Alors que la Guyane a le statut de département français depuis 1946, ce territoire souffre de sous-investissement chronique depuis des décennies, d’autant plus scandaleux que des milliards ont été investis au centre spatial de Kourou (érigé en 1965 au prix de 641 expropriations de familles guyanaises...), pour le seul profit des industriels et États bénéficiant des mises sur orbite. Rappelons, par exemple, que le programme d’Ariane 6 devrait coûter 4 milliards d’euros au total d’ici 2021, la ministre Fioraso se réjouissant : « Nous avons une perspective qui permet de sécuriser le cahier des charges des industriels tout en ayant l’objectif scientifique et industriel ambitieux qu’il convenait d’avoir ».

Droit à l’autodétermination du peuple guyanais
Comme en Guadeloupe en 2009, le mouvement revendicatif guyanais fait ressortir la nécessité d’un changement de statut pour ce territoire, permettant une autonomie plus importante et la possibilité d’exploiter des richesses locales (mines et forêts) que dédaigne l’État français.
Alors que les partis indépendantistes ont fortement perdu de leur influence depuis les années 80, recul confirmé par le référendum de 2010 (le statut de collectivité d’outre-mer a été rejeté par les Guyanais à plus de 70% des voix), une prise de conscience nouvelle émerge des discussions du collectif : la volonté de se prendre en main s’exprime dans la revendication d’un statut d’autonomie pour la Guyane ; revendication à laquelle le gouvernement PS n’a pas répondu.

Pour sa part, le PCRF soutient pleinement le front de luttes bloquant qui a grandi depuis le 20 mars 2017. Il rappelle que l’émancipation des travailleurs et de la jeunesse de Guyane nécessite de lier la bataille revendicative à la dénonciation du capitalisme dans sa dimension néo-coloniale.

  • Halte à la privatisation de la SNCF !

    Ce n’est un secret pour personne, depuis des décennies, le pouvoir en place, en bon exécuteur des directives du Capital, n’a qu’une seule politique : satisfaire l’appétit de profits de la bourgeoisie, des monopoles, sous la houlette de quelques-uns : l’oligarchie financière. Macron, comme tous ses (...)
  • SNCF 22 mars 2018

    22 mars 2018 En grève, dans les manifestations, défendons : La SNCF, Les Services publics, Les statuts des personnels, NON à l’utilisation des Ordonnances Depuis le mois de juin 2017 le Parti Communiste Révolutionnaire de France souligne que l’élection de Macron n’est pas la simple continuité des (...)
  • Holiday Inn Clichy : grève courageuse !

    Depuis le 19 octobre 2017, la majorité des femmes de chambre, gouvernantes, plongeurs et équipiers de la sous-traitance avec leur syndicat CNT-SO et avec le soutien de la CGT-HPE, sont en grève reconductible à l’hôtel HOLIDAY INN de CLICHY, qui appartient au groupe INTERCONTINENTAL. Il faut savoir (...)
  • McDonald’s de Villefranche de Rouergue : 142 jours de grève...

    À Villefranche de Rouergue, dans l’Aveyron, depuis le 23 août 2017 (142 jours de grève au 13 janvier 2018), des salariés du McDo sont en grève pour leurs conditions de travail et contre le licenciement d’un salarié. McDonald’s, monopole états-unien, possède 36 258 réseaux commerciaux rapides (fast (...)
  • Tupperware : Non à la fermeture !

    Le 19 octobre 2017, à Joué-lès-Tours en Indre-et-Loire, la direction a annoncé la fermeture sous quatre mois, c’est-à-dire en février 2018, de l’usine Tupperware. 235 travailleur-se-s seront donc licencié-e-s. Au milieu des années 2000, l’entreprise embauchait plus de 400 salarié-e-s. L’établissement de (...)
  • GM&S (La Souterraine) : Soutien aux travailleurs en lutte pour leurs emplois !

    Plus d’une centaine de salariés de l’équipementier automobile creusois GM&S Industry, menacé de liquidation, se sont rassemblés vendredi 16 juin après-midi à proximité de Bercy où s’est tenue une réunion de la « cellule de crise » sous l’égide du ministre de l’Economie (Bruno Le Maire) et à quelques (...)
  • Solidarité de classe avec les travailleurs et la jeunesse de Guyane !

    Une lutte exemplaire voit se mobiliser, depuis le 20 mars 2017, l’ensemble du peuple guyanais, lutte qui n’est pas sans rappeler le soulèvement des Guadeloupéens en 2009 : même détermination, même souci de l’unité pour une participation massive de toutes les composantes de la population. Une lutte (...)
  • Guyane : Solidarité de classe avec les travailleurs en lutte !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) tient à exprimer sa solidarité de classe avec les travailleurs et la jeunesse de Guyane, engagés dans une lutte exemplaire pour leurs revendications légitimes en matière d’emplois, de services publics et de sécurité. La situation économique et (...)