Traité de Rome : déclaration de l’IPCOE

Déclaration de l’INITIATIVE des PARTIS COMMUNISTES et OUVRIERS EUROPÉENS (IPCOE) à propos du 60ème Anniversaire du Traité de Rome :

Malgré les nom­breu­ses célé­bra­tions orga­ni­sées par l’UE à l’occa­sion du 60e anni­ver­saire de sa créa­tion, l’Union euro­péenne ne peut cacher son carac­tère impé­ria­liste, sa mis­sion anti-popu­laire. L’UE n’a pas été créée pour servir les inté­rêts des tra­vailleurs, mais ceux du grand Capital. L’objec­tif de sa mise en place et sa stra­té­gie sont la péren­ni­sa­tion de l’exploi­ta­tion capi­ta­liste, le ser­vice de la com­pé­ti­ti­vité du Capital euro­péen et son besoin de main-d’œuvre bon marché sans droits. Pour cette raison, il a été démon­tré dans la pra­ti­que que la pré­ten­due pros­pé­rité des cou­ches popu­lai­res, qui résul­te­rait de la fon­da­tion de la CEE, puis de la créa­tion de l’UE, non seu­le­ment n’a pas de véri­ta­ble base pour les peu­ples, mais au contraire dis­si­mule l’atta­que à grande échelle contre les droits des tra­vailleurs. Ce qui avait été gagné par les tra­vailleurs, par de dif­fi­ci­les luttes de clas­ses et la pres­sion exer­cée par l’URSS et les autres pays socia­lis­tes, est en train d’être repris. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas un hasard si l’UE joue un rôle de pre­mier plan dans l’anti­com­mu­nisme, la dis­tor­sion de la vérité his­to­ri­que, l’iden­ti­fi­ca­tion pro­vo­ca­trice du com­mu­nisme avec la mons­truo­sité du fas­cisme.
La ligne poli­ti­que de l’UE pousse le far­deau de la crise sur les tra­vailleurs, avec les mesu­res qu’elle met en œuvre pour le redres­se­ment de l’économie capi­ta­liste et l’aug­men­ta­tion de la ren­ta­bi­lité du capi­tal, en met­tant à profit les dis­pa­ri­tions de droits des tra­vailleurs.
Dans ce but, de nou­vel­les mesu­res anti-popu­lai­res sont appli­quées, afin de favo­ri­ser les méca­nis­mes qui sou­tien­nent le capi­tal de l’UE, avec de nou­veaux pri­vi­lè­ges, des exo­né­ra­tions fis­ca­les, des sub­ven­tions mul­ti­pliées, au détri­ment de ses concur­rents inter­na­tio­naux, comme les États-Unis, la Chine, la Russie...
Dans le contexte de ren­for­ce­ment de la concur­rence autour des res­sour­ces énergétiques, de leurs voies de trans­port et du contrôle des mar­chés, les mono­po­les euro­péens jouent un rôle de pre­mier plan dans les inter­ven­tions impé­ria­lis­tes contre la Syrie, l’Ukraine, l’Irak, la Libye, etc., régions d’impor­tance stra­té­gi­que. L’Union euro­péenne et les gou­ver­ne­ments de ses États mem­bres ren­for­cent encore leur pré­pa­ra­tion mili­taire par l’inter­mé­diaire de l’Union Européenne de Défense, de l’Euro-armée, de la coo­pé­ra­tion ren­for­cée entre l’UE et l’OTAN, de la course aux arme­ments, des faits qui témoi­gnent du ren­for­ce­ment du danger d’un conflit mili­taire géné­ra­lisé.
Dans la même direc­tion réac­tion­naire, l’UE et ses États mem­bres inten­si­fient leurs méca­nis­mes de répres­sion, de sur­veillance, de pro­fi­lage et d’inti­mi­da­tion des peu­ples, dans le but fon­da­men­tal d’entra­ver l’acti­vité du mou­ve­ment syn­di­cal.
Les peu­ples doi­vent être vigi­lants. Ils ne doi­vent pas verser leur sang dans les guer­res pour les inté­rêts des impé­ria­lis­tes dont les prin­ci­pa­les vic­ti­mes sont les réfu­giés.
La classe ouvrière, les cou­ches popu­lai­res pau­vres en Europe, ont acquis une grande expé­rience au fil des ans ; la seule voie à suivre est de remet­tre en ques­tion l’UE. Il est démon­tré que l’UE n’est ni éternelle ni iné­vi­ta­ble. Quel que soit le scé­na­rio adopté « concer­nant l’avenir de l’Europe », les peu­ples subi­ront de lour­des pertes.
L’Initiative Communiste Européenne (ICE) appelle les peu­ples à lutter et à reje­ter à la fois les par­ti­sans de longue date de l’UE, les sociaux-démo­cra­tes et les libé­raux, ainsi que ceux qui conti­nuent à semer des illu­sions au nom des « prin­ci­pes fon­da­men­taux de l’UE qui ont été perdus » ou « l’acquis com­mu­nau­taire » anti-ouvrier, comme les forces du Parti de la Gauche Européenne.
Parallèlement, l’ICE insiste sur le fait qu’ils doi­vent lutter pour isoler de manière déci­sive les ges­tion­nai­res et les forces de réserve du Capital, comme les forces dites euros­cep­ti­ques, natio­na­lis­tes et fas­cis­tes, qui usent des slo­gans avec leurs posi­tions sur l’UE et dans la pra­ti­que visent à garder les peu­ples empri­son­nés dans tous les pays à déve­lop­pe­ment capi­ta­liste, cher­chant à s’enga­ger dans la ges­tion et la per­pé­tua­tion du sys­tème capi­ta­liste, repré­sen­tant des sec­tions de la classe bour­geoise.
La classe ouvrière, les peu­ples d’Europe, ont la force et peu­vent ren­for­cer leur lutte pour la récu­pé­ra­tion des pertes subies pen­dant la crise et en géné­ral la satis­fac­tion de leurs deman­des sur la base de leurs besoins.
Il leur faut entrer en conflit avec les mono­po­les et le sys­tème d’exploi­ta­tion, tracer leur propre chemin pour leur propre pou­voir et l’économie qui ser­vira leurs inté­rêts et satis­fera leurs besoins contem­po­rains, afin d’être libé­rés des chaî­nes de l’UE et d’autres allian­ces impé­ria­lis­tes. L’avenir des peu­ples d’Europe est le socia­lisme, la seule vraie sortie de la bar­ba­rie capi­ta­liste.

  • Référendum en Catalogne : la position du PCPE

    Ci-des­sous l’ana­lyse pro­po­sée en juin der­nier par nos cama­ra­des de "Comunistas cata­la­nes", du Parti Communiste des Peuples d’Espagne, au sujet du réfé­ren­dum orga­nisé en Catalogne : Le Président de la Generalitat (Gouvernement auto­nome cata­lan, NDT) a concré­tisé la date et la ques­tion du réfé­ren­dum sur (...)
  • Répression en Catalogne : Communiqué du PCPE

    Face à la vague répres­sive enta­mée par le Gouvernement espa­gnol en Catalogne, le Secrétariat Politique du PCPE a fait la décla­ra­tion sui­vante : La répres­sion exer­cée par le Gouvernement espa­gnol contre les ins­ti­tu­tions cata­la­nes est une agres­sion sans pré­cé­dent dans l’Histoire récente, qui va à (...)
  • Conférence internationale « Octobre – 100 » à Léningrad et déclaration des partis communistes et ouvriers

    Du 10 au 13 août 2017 s’est tenue à Leningrad une confé­rence inter­na­tio­nale sur le thème « Du rôle et de l’impor­tance de la Révolution d’Octobre et de l’expé­rience de la cons­truc­tion du socia­lisme en Union sovié­ti­que pour le mou­ve­ment com­mu­niste et ouvrier moderne ». Cette confé­rence a été orga­ni­sée par le (...)
  • Anticommunisme de l’UE : STOP !

    Les Partis com­mu­nis­tes et ouvriers condam­nent la parade anti­com­mu­niste orga­ni­sée par la pré­si­dence esto­nienne de l’UE Nous, Partis com­mu­nis­tes et ouvriers, condam­nons la parade anti­com­mu­niste orga­ni­sée par la pré­si­dence esto­nienne de l’UE, dans le cadre de la soi-disant « Journée euro­péenne de (...)
  • Etats-Unis hors de Corée !

    Au cours de l’été, la ten­sion inter­na­tio­nale s’est accen­tuée autour de la pré­ten­due ques­tion nucléaire nord-coréenne. Le Parti Communiste Révolutionnaire de France a pris posi­tion sur cette ques­tion à plu­sieurs repri­ses dans le passé, tant sur son site Internet que dans son jour­nal Intervention (...)
  • Hommage à notre camarade Boualem Khalfa

    Ci-des­sous la lettre d’hom­mage adres­sée par le PCRF au PADS, suite au décès de notre cama­rade Boualem KHALFA, mili­tant com­mu­niste algé­rien, jour­na­liste, poète. (Photo ci-contre : Boualem, jeune jour­na­liste, reçu par Marcel Cachin à (...)
  • La RPDC face à 3 impérialismes...

    Les nou­vel­les mena­ces amé­ri­cai­nes à l’encontre de la République popu­laire démo­cra­ti­que de Corée (RPDC) accen­tuent le danger de guerre. De par sa posi­tion géo­gra­phi­que, la Corée popu­laire se trouve à la croi­sée des inté­rêts impé­ria­lis­tes. Trois impé­ria­lis­mes dif­fé­rents entou­rent le pays. Le plus agres­sif est (...)
  • Manchester : Solidarité avec le peuple britannique

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France exprime ses condo­léan­ces les plus fra­ter­nel­les au pro­lé­ta­riat, aux masses popu­lai­res de Manchester, aux bles­sés, aux famil­les des vic­ti­mes de l’atten­tat per­pé­tré le 22 mai 2017 contre les mil­liers de jeunes réunis pour un spec­ta­cle. Nous sommes cho­qués (...)