"Etat d’urgence sanitaire" : de nouveaux coups contre les travailleurs !

Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce l’adoption par le Sénat d’une loi (dite « d’état d’urgence sanitaire »), défendue ce samedi 21 mars 2020 devant l’Assemblée nationale par le 1er Ministre, visant à imposer de nouvelles restrictions du droit du travail, en particulier la prise d’une partie des congés payés pendant la période du confinement et la remise en cause des 35 heures hebdomadaires.

Cela montre que dans la bourgeoisie, certains vont tenter, d’une manière ou d’une autre, de profiter de la situation créée par la présence de la pandémie, pour prolonger les mauvais coups contre les travailleurs.

On se préoccupe beaucoup de la comptabilité des entreprises et de leur devenir, des sommes faramineuses destinées au patronat défilent sous nos yeux, mais...
- le chômage partiel n’est pas indemnisé à 100% !
- on laisse des milliers de travailleurs subir la pression patronale et le risque de tomber malades, pour maintenir la production, y compris dans des secteurs non indispensables comme celui de l’armement, par exemple !
- le gouvernement tarde à engager la stratégie de dépistage et de généralisation de traitements, (tels que ceux de l’équipe de chercheurs à Marseille) qui ont fait leurs preuves en Asie !

Et au bout du compte, ceux qui vont devoir rembourser les sommes investies pour « soutenir le capital », ce sont encore les travailleurs et eux seuls !

C’est la raison pour laquelle, malgré le covid19, il est nécessaire de maintenir la vigilance.

Dans ce contexte, le PCRF condamne la signature, par la direction de la CGT, d’une déclaration commune avec le MEDEF et la CFDT, qui inscrit la mobilisation contre le covid19 dans la collaboration de classe (voir notre article ICI).

  • CFDT, des traîtres ?

    À découvrir ci-dessous l’analyse, sur fond de rappel historique, des caractéristiques principales de la CFDT. (cliquez sur la vignette)
  • Pas de trêve pour les luttes !

    La trêve de Noël n’a pas eu lieu. En pleine lutte contre une réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron et son gouvernement selon la feuille de route des monopoles, le mouvement n’a pas faibli : le trafic à la SNCF et à la RATP était toujours aussi perturbé, et les travailleurs d’EDF et de (...)
  • Meilleurs vœux révolutionnaires !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France et l’équipe d’Intervention communiste vous adressent, pour l’année 2020, leurs meilleurs vœux de bonheur et de santé pour vous et vos familles, ainsi que les vœux de victoire du prolétariat dans le combat formidable mené contre la politique de la bourgeoisie (...)
  • Pour le droit à la retraite...

    ... Pour mettre en échec l’offensive de la bourgeoisie monopoliste, Grève générale nationale ! Un an après le début du mouvement des Gilets Jaunes, le gouvernement Macron/Philippe, tout en manœuvrant, prétend poursuivre son offensive sauvage contre la classe ouvrière et les masses populaires. C’est (...)
  • Accidents industriels en augmentation...

    Accusons le capitalisme ! Fin novembre, une dépêche de l’AFP concernant le nombre d’accidents sur les sites industriels est restée étrangement peu ou pas relayée par les médias officiels. Selon le Bureau des risques et pollutions industriels (le BARPI), ce nombre a augmenté de 34 % en deux ans en (...)
  • Etudiant immolé à Lyon : soutien aux luttes étudiantes !

    Le 8 novembre 2019 à Lyon, devant le siège du CROUS, un étudiant de 22 ans nommé Anas s’est immolé par le feu et a été grièvement brûlé. Touché à 90%, le jeune homme est aujourd’hui toujours "entre la vie et la mort" à l’hôpital. Pourquoi ce drame ? Parce qu’en difficulté financière, il avait perdu sa (...)
  • Mesures contre les migrant-e-s : les masques tombent !

    Le 6 novembre 2019, tandis qu’un énième débat sur la place de l’Islam en France battait son plein, Edouard Philippe a annoncé les axes de la politique migratoire du gouvernement. Parmi les mesures annoncées, celles concernant la santé sont à dénoncer particulièrement : Les demandeurs d’asile devront (...)