Mort de Johnny Halliday

La mort de Johnny Halliday est un évènement qui provoque une grande émotion dans de larges couches populaires. Incontestablement, il a marqué pendant plus de cinquante ans la chanson française, s’adaptant à l’évolution des goûts et dominant la scène du music-hall et des concerts musicaux de masse. Tout comme à son époque Edith Piaf, il est une des vedettes de la chanson dont le décès marque une rupture dans ce domaine.

Pour autant, le Parti Communiste Révolutionnaire de France ne saurait taire son indignation pour l’opération de récupération de l’émotion populaire par le gouvernement. Malgré toute l’importance que l’on peut donner à l’événement, il est particulièrement scandaleux qu’une radio comme France-Info ait pratiquement évacué tout autre nouvelle le jour de sa mort, et que les différents moyens d’information lui aient donné une place pour le moins excessive par rapport à la vie politique, et en relation avec l’évolution de la situation internationale.
Le gouvernement cherche manifestement à utiliser la mort de Johnny Halliday pour une opération « unité nationale ». Que le PCF et la France Insoumise se soient, par l’intermédiaire de leurs groupes parlementaires à l’Assemblée Nationale, prêtés à ce jeu en dit long sur le fait qu’ils ne constituent ni l’un ni l’autre ce dont ont besoin les travailleurs pour se défendre contre l’offensive de la bourgeoisie en cours ! Il y a plus grave. À un moment où, au nom de la sécurité, les restrictions de la liberté de manifestation sont permanentes contre le mouvement syndical, il est fait la démonstration qu’il s’agit bien de mesures liberticides puisque rien ne s’oppose à un défilé sur les Champs Élysées ! Et pourquoi les interdire aux travailleurs qui manifestent pour leurs droits ? Mais surtout, nous assistons à une nouvelle violation de la loi de séparation de l’Église et de l’État, puisque le président de la République doit prononcer comme tel, une intervention (fût-elle brève) dans le cadre d’une cérémonie religieuse. Ici, apparaît bien le caractère manœuvrier d’une opération récupératrice de l’émotion populaire pour faire avancer les sales desseins des forces les plus réactionnaires de ce pays, à laquelle s’est ralliée, comme dans une période passée plus dramatique (1940), l’essentiel de la social-démocratie.

L’émotion que l’on peut ressentir pour le décès d’une vedette de la chanson qui a accompagné la jeunesse de chacun, y compris quand c’était imposé par l’industrie du show-biz, ne saurait faire taire l’esprit critique nécessaire devant l’utilisation par le pouvoir des monopoles capitalistes de cette émotion.

  • Automne 2019 : la carotte pour les patrons, le bâton pour les chômeurs....

    Parmi les "bonnes nouvelles" prévues pour le 1er octobre 2019, l’AFP nous annonce : "Extension des allègements de cotisations patronales sur les bas salaires aux cotisations d’assurance chômage. Cette réduction générale est applicable de manière dégressive aux rémunérations inférieures à 1,6 Smic. La (...)
  • Le PCRF à la fête de l’Humanité 2019 : Photos

    Ci-dessous des photos illustrant l’activité militante du PCRF et de l’UJC à leur stand de la Fête de l’Humanité en septembre 2019. Des centaines de pétitions contre l’interdiction du Parti Communiste de Pologne ont été recueillies, ainsi que des contacts. Des liens ont été consolidés avec certaines (...)
  • EDF : Soutien aux luttes contre "HERCULE" !

    Le PCRF exprime son total soutien aux travailleurs d’EDF en lutte par la grève massive et les mobilisations, depuis l’été 2019, et notamment le 19 septembre 2019. Ci-dessous l’analyse du PCRF concernant le projet scélérat de scission appelé "Hercule" : Rétrospective Rappelons que le 8 avril 1946, est (...)
  • EDF : Hercule ou la scission qui tue... le service public d’électricité !

    Depuis le 20 juin est lancé un projet voulu par l’Elysée, intitulé "Hercule", et qui prévoit de scinder en deux EDF : un EDF « bleu », qui s’occupera du nucléaire, et un EDF « vert », pour la fourniture d’électricité aux particuliers et aux entreprises, destiné à être privatisé. Cette scission/privatisation (...)
  • Phares et balises : NON à la réduction de la flotte d’armement !

    Pour jouer leur rôle de signalisation maritime, les phares ont besoin d’être entretenus et « armés » par une flotte de navires qui relève du service public de niveau national. Or, fin juillet, on apprenait que le gouvernement envisage une réduction drastique de cette flotte de l’armement des phares et (...)
  • Migrants : naufrage, canicule..., quel respect de la vie humaine ?

    Le drame survenu jeudi 25 juillet, pour plus de 100 migrants naufragés au large de la Libye, nous rappelle qu’en France aussi, la vie des hommes, femmes et enfants contraints de quitter leurs pays, est de peu d’importance aux yeux de nos décideurs politiques. Pour preuve ce qui s’est passé à (...)
  • SNCF : Non à la fermeture des guichets !

    Non à la privatisation du Fret ! Après l’adoption du « nouveau pacte ferroviaire », en juin 2018, qui ouvre le rail et son exploitation à la concurrence, la casse du service public du rail entre dans une nouvelle phase : la fermeture des guichets et la privatisation du Fret SNCF. Alors qu’elle est (...)