Non à la fermeture de Michelin !

Le 10 octobre 2019, les 619 salariés de l’usine Michelin de la Roche-sur-Yon, produisant des pneus poids lourds, ont appris sa fermeture prochaine.

Cette annonce a suscité une colère d’autant plus légitime chez ces travailleurs que l’entreprise ne connaît aucun déclin (1,6 milliard de résultat net depuis 2018, soit + 0,3 % en un an...), et qu’ils ont consenti à des sacrifices importants depuis plusieurs années pour sauvegarder leurs emplois, avec des « accords de compétitivité » (le dernier, en 2016, appelé « Pacte d’avenir » et signé par les deux organisations majoritaires, CGC et SUD).
D’où leur sentiment d’avoir été trompés, trahis. « Mon premier enfant va naître au mois de février, j’ai démarré le prêt de ma maison il y a quelques mois », déclare Jérémy, un salarié de 31 ans, «  il y a deux ans, j’étais content, je me disais ‘c’est bon, je vais pouvoir faire ma carrière ici’  » dit-il encore. « On nous a toujours dit qu’il fallait y croire, on nous a menti  », dit un autre salarié de l’usine.
Sentiment d’écœurement auquel s’est ajouté celui de l’humiliation, la direction ayant préféré donner ses premières explications aux médias plutôt qu’aux représentants des personnels.

La CGT a rappelé le scandale qui sous-tend une telle décision, en dénonçant une « stratégie aveugle d’augmentation des marges et une logique de délocalisation ». En effet, après avoir ouvert une usine en Inde en 2013, Michelin multiplie les annonces de fermeture en Europe, comme dernièrement celle de son site de Bamberg en Allemagne, qui doit laisser sur le carreau 858 salariés. En Vendée, si l’on ajoute les effets de cette fermeture sur les autres sites et sous-traitants de la région, ce sont au minimum 700 emplois qui vont disparaître.

La direction tente d’éteindre l’incendie de la lutte engagée, en proposant des « négociations » pour obliger les travailleurs licenciés à déménager sur d’autres sites ou à prendre un autre emploi dont les conditions seront inévitablement dégradées. Rappelons que le « beau plan social » mis en place chez les « Conti », après des mois de lutte contre la fermeture, s’est soldé par 300 divorces et 14 suicides...

Après une première journée de grève nationale le 17 octobre, et une consultation des travailleurs pour l’entrée ou non dans ces négociations, la CGT appelle à une grève sur tous les sites de France le 24 octobre, afin de s’opposer fermement à cette destruction d’un site industriel totalement viable, si les marges sont légèrement réduites et si le site est adapté aux nouveaux besoins du marché international du pneu.

Mais le régime capitaliste étant ce qu’il est, il ne peut être question pour ses dirigeants de répondre aux besoins du commerce, encore moins à ceux de la population, le seul objectif étant de satisfaire à court terme la soif de profits de l’oligarchie financière.

Il s’agit d’une réalité structurelle du capitalisme parvenu à l’étape de l’impérialisme : Pour contrecarrer la baisse tendancielle du taux de profit, il faut toujours plus précariser les travailleurs, casser les conditions de travail et de vie, et si nécessaire désindustrialiser des régions entières en délocalisant vers les pays dans lesquels les travailleurs connaissent des conditions d’exploitation plus intenses (salaires plus faibles, normes de sécurité pas appliquées ou inexistantes…).

Cette réalité se confirme à chaque nouvelle catastrophe sociale annoncée et produite : Le capitalisme, avec la bourgeoisie et son appareil d’État, voilà l’ennemi de tous les travailleurs, de la jeunesse et des retraités !

Le capitalisme dans sa phase impérialiste ne permet plus la moindre once de progrès quelle qu’en soit sa nature (économique, social, écologique, politique…) ; pire encore, il détruit toutes les grandes conquêtes sociales et démocratiques arrachées par le peuple travailleur à la bourgeoisie lors du siècle précédent, il détruit l’environnement et les écosystèmes, et apporte la guerre.

Il est aujourd’hui nécessaire de mettre en place une vraie politique industrielle démocratiquement décidée par le peuple travailleur en fonction des besoins des populations et des territoires, et répondant aux enjeux de préservation des écosystèmes et de l’environnement. Mais une telle politique industrielle n’est possible que sous le socialisme-communisme, une société dans laquelle le peuple travailleur, ayant révolutionnairement renversé le capitalisme et jeté à bas le pouvoir de la bourgeoisie et son appareil d’État, se sera organisé en classe dominante de la société, aura socialisé les moyens de production et d’échange et planifiera démocratiquement la production en fonction des besoins.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) exprime son total soutien à la lutte des salariés de l’usine Michelin de la Roche-sur-Yon, et appelle le peuple travailleur ainsi que ses organisations (syndicats, association de défense des chômeurs et précaires…) à développer leur solidarité de classe à travers diverses formes de lutte menées avec la population pour la défense des emplois et de ce site de production.

  • Alcatel-Lucent : soutien aux travailleurs en lutte pour la défense des emplois !

    Avec l’après-confinement, la casse du tissu industriel en France s’accélère et le « monde d’après » tant vanté par Emmanuel Macron tombe le masque. La filiale française de l’équipementier télécoms finlandais Nokia, Alcatel-Lucent, a annoncé le lundi 22 juin 2020 la suppression de 1233 emplois en France. Ce (...)
  • Bombardier-Crespin : quand la classe ouvrière dit Non !

    Décidément, le « Président des Riches » ne peut s’adresser aux Français sans que ressorte inexorablement le décalage flagrant entre son discours et la réalité vécue par les couches populaires et le monde ouvrier. Dans son allocution du 14 juin 2020, aux forts accents d’autosatisfaction et d’optimisme (...)
  • Renault, sans-papiers, antiracisme, hôpital... : les luttes se déconfinent !

    Après le déconfinement, les travailleurs sont repartis immédiatement à la lutte. En France comme partout ailleurs, le confinement décidé par Emmanuel Macron le 17 mars 2020 a exacerbé les contradictions du capitalisme : les inégalités sociales se sont intensifiées entre ceux bien lotis et ceux victimes (...)
  • Le PCRF salue les manifestant-e-s du 1er mai 2020 !

    Alors que le 1er mai 2020, journée internationale des travailleurs, semblait impossible à réaliser, des milliers de manifestant-e-s se sont rassemblé-e-s dans plusieurs villes du monde ; de façon spectaculaire, comme à Athènes, à l’appel de leur organisation de lutte de classe PAME (voir photo (...)
  • Cargill : ingérence de l’Etat... contre les travailleurs !

    Alors que Macron et son gouvernement prétendent que l’État est au service des salarié-e-s et de la population touchés par la crise sanitaire, rappelons que ce même État et ce même gouvernement se sont ingérés, début mars, dans l’affaire de l’usine Cargill, pour permettre la suppression de 183 emplois, (...)
  • Retraites : Pour un 17 décembre de masse !

    Renforçons la mobilisation, étendons le mouvement gréviste ! Alors que le mécontentement a gagné tout le pays, que l’opposition à la réforme des retraites est généralisée, que le pays est confronté un mouvement social formidable notamment chez les cheminots et les agents de la RATP, Édouard Philippe (...)
  • Retraites : Vive la réussite des mobilisations grévistes de décembre 2019 !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France se réjouit du succès de la mobilisation gréviste du 5 décembre 2019 contre le projet de contre-réforme des retraites. La mobilisation ne saurait se relâcher, elle doit au contraire se renforcer et ne pas s’appuyer que sur les seuls travailleurs des (...)