Soutien aux travailleurs de l’Education, aux parents et lycéens en lutte !

D’un protocole à l’autre..., c’est toujours au service du capital contre l’école publique !

Aucune considération envers les personnels de l’Éducation Nationale. C’en est presque une coutume pour le ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, qui a récemment multiplié les provocations en déclarant dans une interview « on ne fait pas grève contre un virus » à propos de la grève du jeudi 13 janvier 2022. Ajouté à ceci la question des protocoles très changeants, dont un a été annoncé via une interview dans la presse payante le dimanche 2 janvier, alors qu’il était applicable le lendemain pour la rentrée !

Les personnels de l’Éducation Nationale (EN) font-ils « grève contre un virus » ? La phrase peut paraître absurde à l’écoute, mais elle relève de tout le mépris dont témoigne le ministre Blanquer. Sa phrase choc a pour objectif de rendre invisibles les réalités concrètes que traversent les personnels de l’EN depuis plusieurs années, amplifiées par la crise sanitaire et la multiplication des protocoles. Car les enseignants, AED (Assistants d’éducation) et CPE (Conseillers principaux d’éducation) font grève pour de meilleurs moyens donnés pour assurer la continuité pédagogique et former les élèves, dans un contexte plus global de casse du service public et d’austérité des budgets de l’EN. Depuis début janvier, combien d’élèves des écoles sont placés dans le couloir par manque de salles disponibles, en attendant que leurs parents viennent les chercher ? De plus, il est courant de voir les vies scolaires des collèges et des lycées débordées à cause d’un manque de personnels et de salles pour garder les élèves positifs ou cas contacts en isolement. Notons par ailleurs qu’un changement de protocole implique le fait que les AED et CPE doivent téléphoner aux parents d’élèves pour leur expliquer les nouvelles mesures à suivre.

Capteurs de CO2, masques chirurgicaux et masques FFP2, purificateurs d’air et personnel supplémentaire : telles sont les revendications pour plus de protection des personnels comme des élèves. Face à l’incurie et au mépris du gouvernement, la mobilisation du 13 janvier a obtenu le soutien des parents d’élèves. Si bien que Jean-Michel Blanquer est amené à insinuer que la colère est instrumentalisée par des « opposants » et qu’il faut faire « l’unité de la Nation autour de son école  »… Mais les faits sont têtus, et son « École de la confiance » n’en inspire aucune.

Cette crise révèle davantage les dégâts causés par le capitalisme et les monopoles capitalistes sur le devenir de l’école publique. Lorsque la crise sanitaire n’est pas affrontée grâce aux leviers démocratiques, c’est-à-dire grâce à une politique en lien avec ceux et celles qui travaillent et qui connaissent les réalités du terrain, on assiste au déploiement de pratiques managériales et méprisantes d’un ministère qui poursuit sa politique de casse de l’EN. Or le système capitaliste, fondé sur une dictature de la classe des possédants, est en totale incapacité de mettre en œuvre réellement ces leviers démocratiques.
On voit de surcroît que la crise sanitaire est une opportunité pour accentuer la casse de l’école publique, au détriment des personnels mais surtout des apprentissages et de l’éducation des élèves, les futurs travailleurs et travailleuses.

La défense d’une éducation gratuite, universelle et de qualité passe par l’organisation de la colère des personnels de l’éducation et des parents d’élèves, comme le prouve cette journée de forte mobilisation. Mais cette colère doit aussi poser la question du renversement de l’État bourgeois français, qui est un instrument des monopoles capitalistes pour appliquer des politiques qui sont en leur faveur et non dans l’intérêt du peuple-travailleur et de la jeunesse.

  • Soutien aux luttes en Kanaky : Usine de nickel, usine du pays !

    Alors que la contestation monte en puissance en France, elle s’accentue également en Kanaky, officiellement nommée Nouvelle Calédonie. Dans cette collectivité territoriale française, la vente d’une usine de nickel adossée au riche gisement de Goro situé dans la province sud, l’une des plus grandes mines (...)
  • Béthune-Bridgestone : Solidarité de classe pour sauver l’usine !

    Un nouvel exemple de la politique destructrice et criminelle, menée par les monopoles et la classe bourgeoise, vient d’être donné, avec l’annonce brutale, le 16 septembre 2020, par la direction de Bridgestone (monopole japonais de fabrication de pneus), de la fermeture du site de Béthune (...)
  • Airbus : soutien à la lutte des travailleurs pour défendre l’emploi

    La récente constitution du gouvernement Castex et le discours de politique générale du tout nouveau premier ministre de Macron confirment que ce dernier est bien décidé à imposer ce « monde d’après » tant rejeté par les travailleurs. Car si celui-ci prétend « rebâtir [une] économie plus forte […], une (...)
  • Alcatel-Lucent : soutien aux travailleurs en lutte pour la défense des emplois !

    Avec l’après-confinement, la casse du tissu industriel en France s’accélère et le « monde d’après » tant vanté par Emmanuel Macron tombe le masque. La filiale française de l’équipementier télécoms finlandais Nokia, Alcatel-Lucent, a annoncé le lundi 22 juin 2020 la suppression de 1233 emplois en France. Ce (...)
  • Bombardier-Crespin : quand la classe ouvrière dit Non !

    Décidément, le « Président des Riches » ne peut s’adresser aux Français sans que ressorte inexorablement le décalage flagrant entre son discours et la réalité vécue par les couches populaires et le monde ouvrier. Dans son allocution du 14 juin 2020, aux forts accents d’autosatisfaction et d’optimisme (...)
  • Renault, sans-papiers, antiracisme, hôpital... : les luttes se déconfinent !

    Après le déconfinement, les travailleurs sont repartis immédiatement à la lutte. En France comme partout ailleurs, le confinement décidé par Emmanuel Macron le 17 mars 2020 a exacerbé les contradictions du capitalisme : les inégalités sociales se sont intensifiées entre ceux bien lotis et ceux victimes (...)