[UJC] Vaccination : les raisons de la défiance...

Au lendemain d’une nouvelle mobilisation contre le passe sanitaire et l’obligation vaccinale, nous relayons ci-dessous l’article publié par nos jeunes camarades de l’Union de la Jeunesse Communiste (UJC) sur leur site, et plus précisément ICI.

Le sentiment et le mouvement anti-vaccination : leurs sources et leurs révélations

La pandémie de Covid-19 et la nécessité de la vaccination comme issue à cette pandémie ont mis en exergue la méfiance d’une certaine partie de la population envers les vaccins. Cette méfiance va parfois plus loin, prenant la forme d’un véritable rejet des vaccins et de la vaccination. Les personnes porteuses de ce rejet sont communément appelées les “anti-vax”, pour « anti-vaccination ».

La science et l’histoire nous prouvent l’efficacité et l’utilité des vaccins pour protéger les populations des maladies et pour endiguer voire neutraliser les contaminations.
Pourtant, ces faits n’empêchent pas le sentiment et le mouvement anti-vaccination de naître et de s’étendre.

Une question se pose donc clairement : d’où viennent-ils ?

Lorsque l’on observe le sentiment et le mouvement anti-vaccination, ce sont principalement deux grandes causes qui ressortent presque toujours.

La première cause : l’absence de confiance envers les fabricants de vaccins

Un fait incontestable nourrit grandement le sentiment anti-vaccination : celui que les vaccins sont inventés, produits et vendus par des monopoles pharmaceutiques, regroupés par certains sous le nom de “big pharma”. Pourquoi la méfiance envers eux ? Parce que ces mêmes monopoles pharmaceutiques ont pour seul objectif le profit plutôt que la santé et, de ce fait, voient dans le vaccin contre la Covid-19 non pas un moyen de vaincre la pandémie, mais une gigantesque source de profits. Ce fait est d’autant plus flagrant que les marges sur les vaccins vendus sont extrêmement élevées et que, malgré cela, ils n’hésitent pas à augmenter encore plus leurs prix. Ainsi, comment faire confiance à des monopoles pharmaceutiques qui brevettent leurs vaccins et ne voient en eux qu’une source de profits ? Comment être tranquille lorsque nous mettons notre santé, notre vie, dans les mains de monopoles pharmaceutiques qui nous considèrent comme des clients sources d’argent plutôt que comme des patients à soigner ? La méfiance, voire le sentiment anti-vaccination, née de ce fait, paraît logique.

Aux côtés de cette première cause s’en trouve une seconde, tout aussi flagrante, mais plus polémique.

La seconde cause : la désinformation et le manque d’éducation scientifique

Lorsque l’on observe les dires et arguments des anti-vaccination, il est courant de voir qu’ils sont fondés sur des rumeurs, des informations erronées ou déformées, ou simplement sur un manque d’information.

De ce fait, on peut remarquer que beaucoup de pro-vaccination ont un comportement dédaigneux ou moqueur envers les anti-vaccination. Pourtant, face à l’ignorance, ne faut-il pas plutôt comprendre son origine et chercher à la résoudre ?

Or l’origine de l’ignorance sur les vaccins et la vaccination provient surtout de la défaillance du système éducatif et de l’accès à l’éducation et à la connaissance. Comment être un minimum éduqué et renseigné sur un sujet comme les vaccins, c’est-à-dire, comment avoir un minimum de connaissances en chimie et en biologie, lorsque ces matières s’évaporent de plus en plus des programmes scolaires ? Lorsque le système éducatif lui-même est en constante dégradation ?

À cela s’ajoute également une troisième cause : la division du travail, en particulier celle entre travail manuel et travail intellectuel.
Cette division du travail mène également à une division de l’accès aux connaissances : seuls ceux qui travaillent dans un certain domaine, généralement très spécifique, sont estimés légitimes à recevoir des connaissances dans ce domaine ; s’additionne à cela le manque de temps libre permettant de s’éduquer dans d’autres domaines que celui de son travail.

Trois causes nées d’une seule et même cause originelle...

Après avoir observé ces causes, on peut se rendre compte qu’elles ont la même origine : le système capitaliste.

Quel rapport avec le capitalisme ?

Pour la première cause, le rapport est assez flagrant et évident : les monopoles et leur soif de profits font partie des plus grands représentants du capitalisme ; le fait que les vaccins soient inventés et produits par des monopoles et pour les profits de ces monopoles est un phénomène on ne peut plus capitaliste.

En ce qui concerne les autres causes, le rapport est un petit peu plus subtil mais tout aussi évident : la division extrêmement avancée du travail que nous connaissons est due au capitalisme, et notre système éducatif est soumis aux contraintes et aux désirs de ce capitalisme.

De là découlent deux phénomènes :

– Le système éducatif n’est là que pour former de futurs travailleurs très spécialisés en leur donnant des connaissances spécifiques, et la présence grandissante du secteur privé dans le système éducatif ne fait que renforcer ce phénomène. De ce fait, l’enseignement devient de moins en moins général et global, mais de plus en plus restreint et spécifique. À cela s’ajoute la casse des services publics de l’éducation et de l’enseignement supérieur, source d’une éducation et d’un enseignement de plus en plus médiocre.

– Un travailleur très spécialisé ne peut pas perdre de temps, ou n’a simplement pas le temps, pour acquérir des connaissances qui ne sont pas liées à son domaine : ce serait du temps perdu à ne pas acquérir des connaissances spécifiques pour son travail, et donc à ne pas gagner de valeur pour son patron ainsi que pour le “marché du travail” où les spécialistes sont beaucoup plus recherchés que les généralistes.

Finalement, observer le mouvement anti-vaccination permet de révéler, ou plutôt de rappeler un grand nombre de problèmes liés à notre société capitaliste. Or si ces problèmes, comme beaucoup d’autres, sont liés au capitalisme, alors la seule vraie solution est d’abattre le capitalisme. Abattre le système capitaliste et le remplacer par le système socialiste, c’est libérer tous les soignants et chercheurs des griffes du capitalisme : le secteur de la santé, avec lui l’invention et la production des vaccins, ne serait plus préoccupé et guidé par la recherche du profit mais par la recherche qui doit être sienne : celle de la prévention et de la guérison des maladies et des problèmes de santé ; c’est donner au système éducatif le rôle qui doit être sien : éduquer et enseigner de futurs travailleurs qui sont avant tout des êtres humains, tous dignes d’une éducation et d’un enseignement de qualité et d’un accès large et étendu à la connaissance ; c’est aller vers la disparition de la division du travail, permettant à tout un chacun d’utiliser pleinement toutes ses capacités et d’être libéré des contraintes de cette division, y compris celles concernant l’accès aux connaissances.

Le mouvement anti-vaccination se révèle être un des très nombreux symptômes du capitalisme, mettant en exergue son caractère obsolète. Or face à cette obsolescence, nous devons nous battre pour la modernité : le système socialiste.

Rox

  • Le capitalisme a fait son temps ! Le socialisme est la jeunesse du monde !

    Un déconfinement par étapes, une vaccination qui progresse et les beaux jours qui reviennent. Tout semble aller vers « un retour à la normale », si l’on écoute le gouvernement et les médias bourgeois. Mais les illusions ne peuvent plus nous tromper : le bilan de la crise sanitaire ne cesse de (...)
  • Fin de l’ENA et... fin de la bureaucratie ?

    Macron a annoncé la suppression de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration) le 2 mai 2021. Ce faisant, il coche une croix dans les cases des promesses tenues, qui seront scrutées pour les Présidentielles de 2022 ; il répond à une revendication de Gilets jaunes et... conforte la dictature des (...)
  • Soirée d’hommage au camarade Maurice Cukierman le 3 juillet 2021

    La crise sanitaire nous a contraints à reporter plusieurs fois la soirée prévue en hommage à notre camarade Maurice CUKIERMAN, Secrétaire général du PCRF décédé en juillet 2020. Cette soirée aura lieu le SAMEDI 3 JUILLET 2021 à partir de 18h en région parisienne. À cette occasion, seront proposés un (...)
  • Elections régionales et départementales : la campagne du PCRF

    Les élections régionales et départementales vont se dérouler dans le contexte d’un rebond de crise du capitalisme avec toutes ses conséquences dramatiques, aggravées par une crise sanitaire gérée dans le sens des intérêts des profits des monopoles (grandes entreprises). Ces élections sont également (...)
  • Les généraux et l’armée : au service de quel État ?

    Le 21 avril 2021, date anniversaire de la tentative de putsch des généraux pendant la guerre d’Algérie et de la qualification du FN au second tour de la présidentielle, le site du journal d’extrême droite Valeurs actuelles a publié un texte (puis un deuxième), signé par 20 anciens généraux et cosigné (...)
  • Arnaques et capitalisme...

    Il nous arrive régulièrement d’évoquer le « pourrissement » du système capitaliste, visible notamment à travers les graves régressions subies par les travailleurs, la jeunesse et les retraités dans leurs conditions de travail et de vie, ainsi que dans le retrait des conquêtes sociales et démocratiques. (...)
  • Communiqué du PCRF, suite aux agressions commises le 1er mai à Paris

    Le PCRF condamne fermement l’agression violente dont ont été victimes des militantes et militants de la CGT, à la fin de la manifestation du 1er mai 2021 à Paris. Ces syndicalistes ont subi des caillassages, des insultes et des coups de la part d’individus organisés, qui dès le début de l’après-midi, (...)
  • Air-France-KLM : ce qui se cache derrière "l’aide" de l’État bourgeois...

    Alors que la pandémie de Covid-19 fait toujours rage en France, le gouvernement Castex poursuit inexorablement la ligne ultra-réactionnaire et anti-sociale, menée depuis 2017 sous l’égide d’Emmanuel Macron, le ’’Président des monopoles’’. Le plan d’aide de 4 milliards d’euros au groupe Air-France-KLM, (...)