Economie "informelle" : mourir de faim ou de la Covid ?

La pandémie mondiale de la Covid-19 est incontestablement un puissant catalyseur de l’accentuation des problèmes économiques, politiques, sociaux, sanitaires et environnementaux d’aujourd’hui. Suite au confinement de dimension mondiale, la crise systémique produite par le capitalisme s’est accélérée. Ses aspects les plus saillants, sur le plan économique, ont émergé dans plusieurs secteurs (automobile, aéronautique, l’hôtellerie-restauration et le tourisme notamment) avec une aggravation des conditions de travail et de vie, le blocage voire la baisse des salaires, et la casse à grande échelle des emplois et des outils de production.

Dans ce contexte, les vulnérabilités des travailleurs de l’économie dite informelle se retrouvent exacerbées.
L’économie informelle désigne l’ensemble des activités productrices de biens et de services qui échappent au regard ou à la régulation de l’État : économie familiale (confection de repas, ménage, travaux de couture, jardinage, bricolage, garde des enfants, garde des malades et des personnes âgées, transports des personnes, etc.) ; économie conviviale (activités d’entraide, d’animation sociale et de loisirs) ; économie souterraine (travail au noir, activités délictuelles).
L’économie informelle (ou économie grise) possède d’une part un secteur informel avec des travailleurs qui se débrouillent pour survivre, et d’autre part des gens qui travaillent dans des entreprises formelles, mais qui ne sont pas protégés car non déclarés. Ils sont surtout constitués de sans-papiers et de sans-contrat, et sont considérés comme sans-droits. Selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), plus de 2 milliards de travailleurs dans le monde (soit 62% des travailleurs mondiaux) tirent en 2020 leurs moyens de subsistance de l’économie informelle ; et cela représente 90% de l’emploi total des pays à faibles revenus, 67% dans les pays à revenus intermédiaires et 18% dans ceux à revenus élevés.
Dans ces conditions, on comprend mieux l’affirmation de l’OIT : «  rester chez soi et ne pas travailler, c’est perdre son emploi et ses moyens de subsistance. Pour beaucoup de travailleurs de l’économie informelle, le choix entre mourir de faim et mourir du virus est bien réel. » Et en effet, tous ces travailleurs passent sous les radars des dispositifs d’aide et sont confrontés à un dilemme inhumain : « mourir de faim ou du virus. » C’est par exemple le cas de Naminata, ivoirienne réfugiée en France depuis 2016 avec ses trois enfants et son mari. Ce dernier a continué son métier de livreur pendant le confinement. Dans le dernier numéro de la Lettre de l’asile et de l’intégration publiée par l’association France Terre d’Asile, elle explique : « On m’a dit que ce n’était pas normal qu’il parte travailler. Mais s’il ne livre pas, on ne va pas manger !  »
Situation confirmée par Emmanuel Dockès, professeur de droit à l’université de Paris 10 Nanterre, qui estime que « le Covid ne fait qu’accentuer les défaillances de nos filets de protection (qui) ratent ceux qui en auraient le plus besoin  ».
Le mot d’ordre de régularisation de «  ces travailleurs sans-papiers qui ont tenu le pays à bout de bras » (selon les termes de la CGT), notamment dans des secteurs comme le nettoyage, la logistique, l’hôtellerie-restauration, n’en apparaît que plus légitime.

Cette exacerbation des vulnérabilités des travailleurs de l’économie informelle souligne, comme d’autres signes encore, le caractère fondamentalement inhumain du mode de production capitaliste. Exclus de tous les dispositifs d’aides, confrontés à ce dilemme insupportable consistant à se laisser mourir de faim ou de la Covid-19, ces travailleurs sont plongés dans une précarité et une insécurité sociale toujours plus insupportables. Mais ils sont aussi, pour les monopoles et la bourgeoisie, des instruments de pression sur les salaires, sur les conditions de travail et de vie des autres travailleurs, et un moyen de diviser la classe ouvrière.
La lutte pour leur régularisation et leur intégration de plein droit dans le mouvement ouvrier s’inscrit complètement dans le cadre de la lutte générale des travailleurs pour les salaires, les conditions de travail et de vie, les emplois, les services publics, le tissu industriel et l’environnement.
Mais au-delà de cette lutte indispensable, doit s’élever la conscience d’une nécessaire solidarité de classe entre travailleurs des économies « formelle » et « informelle », également victimes d’un système d’exploitation fondé sur la propriété privée des moyens de production et d’échange, qui ne peut plus répondre aux besoins vitaux des populations.
Au XXIème siècle, un régime qui laisse comme unique choix à des milliers de travailleurs de mourir de faim ou de maladie, n’a plus sa place dans notre monde ! C’est pourquoi le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) appelle et travaille à la constitution d’un Front social d’action de toutes les victimes du capitalisme, qui permette de poser concrètement la question de son renversement et du processus révolutionnaire vers une nouvelle société, le socialisme-communisme.

  • Un gouvernement de bandits et de patrons !

    Comme Macron l’avait annoncé, un nouveau 1er ministre a été nommé et un nouveau gouvernement a été formé. Les commentateurs et médias s’en sont émerveillés. Certes les médias sont les propriétés soit des monopoles soit de l’État bourgeois et cela n’a rien d’étonnant, mais les louanges furent particulièrement (...)
  • SANOFI : A bas les monopoles briseurs d’emplois et de vies !

    STOP au plan de "restructuration" à SANOFI : 1700 emplois supprimés ! SANOFI a bénéficié de plus d’1,5 milliards d’euros de la part de l’État des monopoles. Soutien aux luttes syndicales des salariés ! (voir ci-dessous* l’interview éclairante donnée par un délégué CGT de Sanofi) Engageons la bataille (...)
  • Second tour des municipales 2020 : une crise politique qui s’accentue

    Même si ce second tour ne concernait que 15% des municipalités (environ 4800 communes), les résultats globaux renforcent la situation de crise politique que le PCRF met en lumière régulièrement depuis l’élection de Macron : niveau d’abstention record (près de 60%), faillite du parti gouvernemental, mais (...)
  • Tir de missile M51 : le capitalisme, c’est la guerre !

    En 2018, Emmanuel Macron disait que la protection sociale coûtait un « pognon de dingue » ; c’est sans doute pour cela que lui et son gouvernement refusent de répondre concrètement et de façon chiffrée aux revendications des personnels soignants, qui ont été rejoints, le 16 juin, par des milliers de (...)
  • Licenciements massifs dans les secteurs automobile et pétrolier... :

    ... Virus du capitalisme et épidémie du chômage ! La crise générale du système capitaliste et les crises cycliques de surproduction qui l’accompagnent nous proposent un exemple très significatif de ce que ce mode de production représente aujourd’hui. La crise sanitaire liée au Covid-19 a renforcé de (...)
  • Confinement ou déconfinement : en finir avec la bourgeoisie monopoliste !

    Nous sommes entrés dans la période de déconfinement. Il faut souhaiter que l’on puisse y rester. Cependant la question n’est pas là, mais dans le fait que c’est toujours la bourgeoisie qui domine, et donc que toutes les mesures qui sont prises, quelles qu’elles soient, ont un caractère de classe. (...)
  • Pandémie et capitalisme :

    Pour la santé et les droits des travailleurs, la lutte des partis communistes et ouvriers contre les politiques et les impasses du système capitaliste ! Intervention du Secrétaire à la Commission Internationale du PCRF, lors de la téléconférence du 10 mai 2020, organisée par l’Initiative communiste (...)