Migrants : naufrage, canicule..., quel respect de la vie humaine ?

Le drame survenu jeudi 25 juillet, pour plus de 100 migrants naufragés au large de la Libye, nous rappelle qu’en France aussi, la vie des hommes, femmes et enfants contraints de quitter leurs pays, est de peu d’importance aux yeux de nos décideurs politiques.
Pour preuve ce qui s’est passé à Bordeaux le 23 juillet, alors que la ville devait battre son record absolu de chaleur : la préfète de Gironde, Fabienne Buccio, a entrepris la mise à la rue de plusieurs centaines de migrants (environ 300), laissant livrés à eux-mêmes, sous la canicule, des hommes, des femmes et des enfants expulsés de leurs squats de fortune.

Le PCRF dénonce ce scandale d’inhumanité, et salue la mobilisation et l’accueil organisés par des organisations syndicales et associatives ; citons notamment la CGT, qui a accueilli dans ses locaux une cinquantaine de personnes, dont un nourrisson et 13 enfants, avec des moyens particulièrement précaires. « Ce ne sont pas des conditions dignes, les pouvoirs publics doivent prendre leurs responsabilités, mais la préfète est hermétique au dialogue », a affirmé un responsable de la CGT. Évoquons aussi l’association "Athénée libertaire", qui offre douche et repas à ces réfugiés, mais là encore, il ne peut s’agir d’une solution pérenne.

Malgré cette situation indigne et scandaleuse, la préfète de Gironde a manifesté sa volonté de « démanteler le plus (grand nombre) possible » martelant que « l’évacuation, c’est la solution », ce qui fait craindre le pire à Bordeaux.

Rappelons que ces migrants, venus d’Afrique (Ghana, Algérie, Maroc…), sont d’abord des victimes des politiques impérialistes ; en effet, la plupart s’expatrient pour fuir la guerre, la misère, les conditions invivables créées par des régimes autoritaires et corrompus, imposés par l’impérialisme pour mettre la main sur leurs ressources, exporter les capitaux de leurs monopoles, et étendre leurs marchés.
Rappelons qu’arrivés en France, ils sont ensuite soumis aux caprices de leurs employeurs, et utilisés comme main d’œuvre surexploitée, permettant de casser les salaires et les droits de l’ensemble des travailleurs du secteur (notamment dans le BTP ou la restauration).

Tout cela montre que le discours d’opposition entre travailleurs français et étrangers est à la fois mensonger et réactionnaire. Tous les travailleurs souffrent, à différents degrés et à différents niveaux, du capitalisme et de l’impérialisme : on casse le Code du travail, l’accès aux services publics y compris vitaux comme celui de la santé, la sécurité sociale, etc., sous prétexte qu’il n’y a pas d’argent et que ça coûte un « pognon de dingue ».
Mais il y a de l’argent pour développer et produire des armes, financer des expéditions militaires dans le monde, et en conséquence apporter la guerre, la réaction, la misère, l’obscurantisme et la corruption dans des pays que des milliers d’habitants sont finalement contraints de fuir au péril de leur vie.

On le voit, l’ennemi commun de tous les travailleurs, c’est le capitalisme, qui est devenu, à son étape ultime de l’impérialisme, le plus criminel pour l’ensemble de l’humanité, en même temps que pour la planète elle-même.

C’est donc ensemble que les travailleurs doivent lutter pour jeter à terre ce régime pourri et assassin, afin de construire une société où les travailleuses et travailleurs s’érigeront en classe dirigeante de la société, socialiseront tous les moyens de production et d’échange, et planifieront l’économie et la production démocratiquement en fonction des besoins des populations.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de France (PCRF) apporte son soutien à la bourse du travail CGT de Bordeaux, à l’Athénée libertaire, et à toutes les organisations qui œuvrent pour construire la solidarité et l’unité des travailleurs contre le capitalisme et l’impérialisme.

  • Aéroport de Paris : signez contre sa privatisation !

    Le PCRF s’associe à toutes les formes de luttes contre la privatisation d’Aéroport de Paris. Dans ce cadre, il invite tous les défenseurs du service public des transports à signer la demande de référendum, en utilisant le lien suivant : https://www.referendum.interieur.gouv.fr/initiatives_encours (...)
  • Lubrizol : la pollution, c’est aussi un enjeu de classe !

    Le jeudi 26 septembre 2019 à 3h du matin, un violent incendie s’est produit à l’usine Lubrizol de Rouen. Cet incendie est une catastrophe écologique de grande ampleur : chez plusieurs riverains, des fibres d’amiante (un produit toxique interdit depuis 2005) ont été retrouvées ; des agriculteurs ont (...)
  • Automne 2019 : la carotte pour les patrons, le bâton pour les chômeurs....

    Parmi les "bonnes nouvelles" prévues pour le 1er octobre 2019, l’AFP nous annonce : "Extension des allègements de cotisations patronales sur les bas salaires aux cotisations d’assurance chômage. Cette réduction générale est applicable de manière dégressive aux rémunérations inférieures à 1,6 Smic. La (...)
  • Le PCRF à la fête de l’Humanité 2019 : Photos

    Ci-dessous des photos illustrant l’activité militante du PCRF et de l’UJC à leur stand de la Fête de l’Humanité en septembre 2019. Des centaines de pétitions contre l’interdiction du Parti Communiste de Pologne ont été recueillies, ainsi que des contacts. Des liens ont été consolidés avec certaines (...)
  • EDF : Soutien aux luttes contre "HERCULE" !

    Le PCRF exprime son total soutien aux travailleurs d’EDF en lutte par la grève massive et les mobilisations, depuis l’été 2019, et notamment le 19 septembre 2019. Ci-dessous l’analyse du PCRF concernant le projet scélérat de scission appelé "Hercule" : Rétrospective Rappelons que le 8 avril 1946, est (...)
  • EDF : Hercule ou la scission qui tue... le service public d’électricité !

    Depuis le 20 juin est lancé un projet voulu par l’Elysée, intitulé "Hercule", et qui prévoit de scinder en deux EDF : un EDF « bleu », qui s’occupera du nucléaire, et un EDF « vert », pour la fourniture d’électricité aux particuliers et aux entreprises, destiné à être privatisé. Cette scission/privatisation (...)
  • Phares et balises : NON à la réduction de la flotte d’armement !

    Pour jouer leur rôle de signalisation maritime, les phares ont besoin d’être entretenus et « armés » par une flotte de navires qui relève du service public de niveau national. Or, fin juillet, on apprenait que le gouvernement envisage une réduction drastique de cette flotte de l’armement des phares et (...)