Vive le 75ème anniversaire de la libération des camps d’extermination par l’Armée Rouge

Il y a 75 ans, l’Armée Rouge, refoulant les armées nazies, libérait le camp d’Auschwitz.
Elle y découvrait l’horreur d’un camp d’extermination des populations qualifiées par les nazis de « sous-hommes », dans le cadre de leur colonisation de l’Europe : Juifs, les plus nombreux (un million cent mille sur un million quatre cent mille...), Tziganes, Russes, Biélorusses, Ukrainiens, Polonais… mais aussi des résistants. L’Armée Rouge avait auparavant libéré les camps de concentration et d’extermination « par le travail » implantés dans les territoires Soviétiques occupés. Mais Auschwitz constituait la découverte d’une réalité nouvelle de la politique colonialiste de l’impérialisme allemand : celle d’une extermination industrielle, systématique, concernant les vieillards, les enfants, les mères de famille, et ceux épuisés par le travail forcé.
L’URSS immédiatement dénonça le crime. Mais la Grande-Bretagne et les États-Unis bloquèrent l’information pendant plusieurs jours, prétextant que les « Soviétiques exagéraient » !
D’autre part, l’Armée Rouge mit à disposition des survivants le personnel médical et la nourriture adaptée dont ils avaient besoin, sauvant des milliers de survivants.

Le PCRF salue la mémoire de l’Armée Soviétique et dénonce les gesticulations des autorités polonaises pour tenter de retourner la libération d’Auschwitz contre l’URSS, pour tenter de couvrir la politique antisémite du gouvernement polonais en exil à Londres et d’une partie de la Résistance polonaise (nationaliste et non-communiste).

Le PCRF dénonce de nouveau la résolution du Parlement Européen renvoyant dos à dos communisme et nazisme et attribuant comme cause à la Seconde Guerre Mondiale le Pacte Germano-Soviétique. Ce dernier n’était qu’une manœuvre diplomatique soviétique pour gagner du temps face au refus des Occidentaux, dont le gouvernement polonais, d’une alliance pour imposer la sécurité collective et isoler les puissances fascistes.
Ce dont témoigne, cinq ans et quatre mois plus tard, la libération d’Auschwitz, après la bataille de Moscou, la bataille de Stalingrad, la libération de Leningrad, … avant que ne flotte le drapeau rouge sur Berlin.

Le PCRF, 26 janvier 2020

  • "Etat d’urgence sanitaire" : de nouveaux coups contre les travailleurs !

    Déclaration du Parti Communiste Révolutionnaire de France Le Parti Communiste Révolutionnaire de France dénonce l’adoption par le Sénat d’une loi (dite « d’état d’urgence sanitaire »), défendue ce samedi 21 mars 2020 devant l’Assemblée nationale par le 1er Ministre, visant à imposer de nouvelles (...)
  • Union sacrée avec le MEDEF et Macron, c’est NON !

    Le Parti Communiste Révolutionnaire de France s’associe pleinement à la vive protestation exprimée ci-dessous par des organisations de la CGT, et relayées par le Front Syndical de Classe (FSC), contre la scandaleuse déclaration commune cosignée par la direction confédérale de la CGT, qui acte une (...)
  • Municipales : Déclaration du PCRF

    Le premier tour des Élections Municipales s’est déroulé ce dimanche 15 mars 2020 dans les circonstances exceptionnelles de la pandémie de coronavirus. Même si l’abstention a été influencée par les mesures de précaution prises, un certain nombre d’enseignements politiques peuvent être tirés de ce scrutin (...)
  • Recours au 49-3 : la dictature de classe à l’oeuvre...

    Communiqué du Parti Communiste Révolutionnaire de France Le samedi 29 février 2020, Édouard Philippe s’est présenté devant l’Assemblée nationale pour faire adopter son projet de loi sur les retraites via l’article 49-3 de la Constitution. Rappelons que cette procédure permet à un gouvernement de (...)
  • Une bataille historique !

    La bataille pour la défense du droit à la retraite connait une mobilisation sans précédent et sur des bases claires, tout au moins au niveau des travailleurs et travailleuses qui s’y sont engagés. Les cheminots et les agents de la RATP ont connu leur plus fort mouvement par sa longueur et son (...)
  • Soutien aux personnels de santé en lutte !

    Le mardi 14 janvier 2020, lors d’une conférence de presse, près de 1200 chefs de service et responsables des hôpitaux publics ont officiellement annoncé leur démission de leurs fonctions d’administration, de gestion et de représentation. Plusieurs, parmi eux, avaient les larmes aux yeux, comme la (...)
  • CFDT, des traîtres ?

    À découvrir ci-dessous l’analyse, sur fond de rappel historique, des caractéristiques principales de la CFDT. (cliquez sur la vignette)